Archive pour septembre, 2008

Les Greemlins pirates.

Sacha Feiner, t’es un vrai petit génie.

Si la vidéo Bug, surtout ne touchez à rien et continuez de regarder. Un pur chef d’oeuvre.

http://www.dailymotion.com/video/k1fX9QoXKmuhpNLcWF

Le Boucher de biiiippp.

20h15, je suis à l’heure. Choup est déjà devant cet endroit que l’on nomme Mjc. C’est plutôt un mixte entre un commissariat de quartier et un hôpital de campagne. Lumières fades de néons, peintures saumon et blanc. J’ai envie de partir, de vomir aussi. Les filles me traitent de rabat-joie. Je ne le sens pas ce « stage photo ». Bon, la première session étant gratuite, Choup la menace m’avait cordialement invitée à l’accompagner, riche idée qu’elle a eue là.

Ça ressemble au couloir des urgences. Ce mauvais carrelage bon marché et usé, cette lumière jaune, ces portes bleues électrique, ce saumon, me laisse présager une qualité modeste de ce stage. Je me dit que bon, peu importe l’endroit, seul notre interlocuteur sera important. Il ne tarde pas à arriver. Une trentaine de pelés l’attendent, bloc note et stylo à la main, dans ce couloir morbide. Nous avons les mains vides, nous faisons tache dans cette secte de trentenaires semblant sortir d’un séminaire de scouts. Je veux partir, les filles doutent, je les maudits. Il ressemble plus à un boucher de quartier qu’à Henri-Cartier Bresson. Choup me souligne discrètement que c’est le propriétaire du petit bouiboui photo-service de la rue de la biiippp. Aïe.

Je tente de fuir. Trop tard. Tel un banc de saumon (décidemment), nous voilà entraîné dans un mini amphithéâtre glauque qui ne dénature pas avec le reste de l’endroit. Il fait chaud, Choup c’est fait piquer à la main par ce qu’on définira, au hasard, comme une araignée. Elle gonfle, je rigole, elle râle. Nous nous installons sur des bancs en bois dont le confort n’aurait d’égal qu’un bon rocher pointu de la pointe du Raz (le vent en moins quand même). Je pleure, je supplie les filles de simuler un malaise pour se replier. Elle refuse, c’est la guerre.

Le boucher Photographe prend la parole. Il a un humour proche de Laurent Gerra, je meurs. Il demande à chacun de se présenter en précisant quel type d’appareil nous possédons. L’horreur. So. Se plie a cet exercice juste avant moi, je suis sauvé, elle est équipé en numérique et argentique, ça sonne. Je m’en sors par une pirouette humoristique, le boucher n’insiste pas, il a compris que je ne reviendrais pas en deuxième semaine et me foutra la paix. C’est au tour de Choup, qui, surprise, nous sort du grand art. Elle annonce clairement a notre Yann-Arthus Bertrand des côtes de porcs, qu’elle possède un Canon. J’explose de rire. Surtout quand il lui demande si c’est un reflex. Finalement, elle s’en sort avec son sourire ravageur et l’assistance ne prête même plus attention a ses mots. Choup n’a jamais eu de Canon.

Je vais vous épargner les deux heures qui suivront. Je le résumerais ainsi : La fille devant moi à son étiquette du T.shirt qui dépasse, ça m’obsède, les filles aussi.

22h30, je me dit que le plus dur est passé. On va se quitter, le boucher et moi, la larme à l’œil. Promettant de s’écrire souvent.

 » Qui à amené ses clichés ? ». En ces mots, j’ai compris que le meilleur était à venir.

Cela n’a pas loupé. Bec d’oiseau en Macro, gros plan sur une tomate, une Ferrari flou et un poivron grillant sur barbecue artistique plus tard, je me retrouve enfin dans ce couloir saumoné. Coup d’œil en haut et à droite, So est courbaturé, coup d’œil en bas et a gauche, Choup semble moins gonflée.

« Les filles vous savez quoi ?

_ non ?

   _ la prochaine fois, c’est moi qui choisi l’activité. Je ne vais pas vous louper. »

boucher.jpg

Raconte pas ta vie comme ça.

Bon aujourd’hui je balance en vrac mes pensées. J’ai passé une bonne journée hier, partagée entre la terrasse du bar de la dégust’ (mon Q.G.) et un dîner entre amis bien agréable. Je ne me suis pas mis en colère depuis que j’ai passé mes nerfs sur la pétasse Niçoise. Je devais avoir besoin d’évacuer, c’est la pouffe embourgeoisée qui a pris. Tant mieux. Ce soir je vais tâter le terrain à un stage de photographie avec Choup et So. Mais bon, à 250 euros d’inscription à l’année, à raison de deux cours par mois, je pense qu’ils vont aller se gratter. Mais comme je suis curieux, je vais quand même aller voir de quoi il en retourne. 

Je suis passé niveau 42 à la guerre des gangs sur Facebook, c’est débile, ça sert à rien, mais j’m'en fous. J’ai du mal à prendre ma guitare en ce moment, du coup, ça n’avance pas beaucoup. Mais bon, ça ne se contrôle pas. Je m’en fais pas plus que ça, j’aime travailler dans l’urgence de toute manière. Il commence à me venir des envies de changements, de déménagement pour être plus précis. Bah, je vais re-décorer tout l’appart et on verra bien. Mag et son copain fiancé, ont trouvé un beau 80 mètres carrés avec une immense terrasse surplombant la côte de Menton à Cannes. Elle s’éloigne de Nice mais en même temps elle a trouvé un nouveau job en bas de mon boulevard. On se verra encore plus, c’est cool. Du coup l’Art-souille va intégrer son ancien appart du Vieux-Nice et se rapproche de moi. Tout se déroule à merveille en ce moment. Mon frère lui-même, étant sur la bonne voie pour avoir le sien sur le port. Il va enfin pouvoir faire descendre sa petite famille qui désespérait dans la grisaille du Nord. Cela nous promet de bonnes fêtes de Noël. Pourquoi je pense déjà à Noël ? 

Mes envies reviennent, je le sens. Tous s’arrange petit à petit pour mes proches, c’est bon. Mon vieux pote Nico va chopper 40 ans. Et la, je me gausse. J’aimerais tellement vivre dans un monde ou tout ceux que j’aime soient heureux et paisibles. Bon, je me Ségolènise là !! allez hop mr Pilou, va prendre ta guitare et travaille un peu ta musique …

kiwiheart.jpg

Tu vois loin.

<== en musique si ça vous dit.

Mon humeur du jour se résume par le T. shirt que je porte. Sarcastique, j’ai envie de tacler tout le monde en ce moment. Les rares fois où j’allume la boite a con télé, je deviens fou. Hier soir encore, mon regard bloque sur une pub (bah voyons), Elle commence pas mal, on y parle de l’avenir des enfants, de l’écologie, bref ça ressemble à une réflexion assez sympa des dérives de cette société. 

Bon, il me semble reconnaître la voix du neuneu jeune retraité plein de fric, j’ai nommé zimdine zimdane (c’est fait exprès, hein). Cela me met quand même la puce à l’oreille (droite). Mais je me dit :”tiens ce con a été sensible aux attaques d’Emmanuel Petit.” 

Dans son bouquin (et oui y avait un cerveau ou deux dans l’équipe de France 98), E. Petit, envoie un coup de boule monumental au Héros (sic) national. Lui reprochant, avec justesse, ses mirobolants contrats publicitaires avec des multinationales. Et surtout, de ne jamais engager sa notoriété pour des causes plus nobles. Je me dis alors : ” Tiens ? (je suis un éternel surpris quand je me talk to myself). Comme ça ZZ a appris à lire autre chose qu’un panneau d’affichage de score.” 

Que nenni, on y parle de développement durable, de la place des anciens dans la société, de l’évolution de celle-ci. Il me semble voir un spot pour WWF. Je reste, fasciné, en suspens avec mon mélange et sa feuille à la main. Pour un peu, j’aurais envie de devenir végétarien, de faire pousser mes légumes. J’avais presque envie d’aller donner 10 centimes au clochard du coin tellement je me sentais l’âme d’un humanitaire. C’est beau cette prise de conscience subite des Français, enfin ils pigent que l’important c’est la solidarité ? 

La sentence tombe : UNE COMPAGNIE D’ASSURANCE !! Tout ce cinéma pour une compagnie d’assurance. Celle la même que j’ai quitté récemment car je la trouvais vraiment trop chère. 

Je mets un coup de langue sur la feuille. Je ne sais plus si je dois rire ou exploser. Finalement j’éteins la boite à con et retourne dans les jardins de Babylone. Ce monde est devenu complètement dingue. 

Et je ne vous parle pas des 45 millions d’Euro d’argent public, filés à Bernard Tapie pour préjudice morale. Pour info, une veuve qui a perdu son mari, mort à cause de l’amiante, n’a le droit, elle, qu’à 40 milles euro de dommages et intérêts. No comment. 

Mon T. Shirt du jour :

90979.jpg

Mercredi.

http://www.dailymotion.com/video/k1iJRhfO98xjwyFytG

Si ça rame, cliquez sur le petit logo HD. et passez en version normal.

Yulès aux eurockéennes.

Image de prévisualisation YouTube

Petit souvenir pour un grand moment. Le soleil était même au rendez vous, chose rare en Franche Comté. Une plage (malsaucy), des « gens » adorables m’accompagnant, le soleil et Yulès. Ne me cherchez pas, je suis au pied de la caméra. A la régie. Il y a des concerts a voir dans la fosse, et d’autres, tel que Yulès, à écouter de la régie. emoticone

La colère.

Mr Pilou ne maîtrise plus ses nerfs. Hier, je fus à deux doigts de massacrer une quinquagénaire. Je vous remets dans le contexte. Dans ma rue Avenue, ça commence a devenir pénurie de place pour se garer, un peu le problème de toutes les grandes villes je pense. Bref, nous sommes So. et moi même sur le trottoir, elle aperçoit une place, on ne peut mieux placée puisque devant l’entrée de mon immeuble. Son véhicule étant stationner un peu à l’arrache dix mètres plus haut, je l’invite à faire une petite marche arrière et “crénauter”. 

Entre temps, je fais un aller retour dans l’apparte. En ressortant, une scène s’offre à mes yeux. Une femme d’une cinquantaine d’année, style pétasse Niçoise, marche au milieu de la route. Doucement, empêchant le véhicule de So. de reculer. Au moment même où je sors de l’immeuble, je l’entends même vociférer des insultes à son égard. Mon sang ne fait qu’un tour, s’injectant dans mes yeux. Je me mets à l’insulter direct. Moi qui suis d’ordinaire calme et posé, je me retrouve dans la rue à hurler sur cette idiote femme qui représente, à ce moment précis, toute la connerie humaine que j’exècre. « Dégage de là connasse et ferme ta gueule”. Elle réplique. La pauvre. Elle ne sait pas qu’à cette instant, elle risque de se prendre une baffe en pleine tronche. Je redouble de colère, quelques voisins présents dans la rue sont gênés. Ils ne comprennent pas, je suis plutôt le gentil voisin souriant et poli. “débile”, “Je te jure que si tu te barres pas je t’en colle une, direct.”, “pauvre demeurée de la société”. Bon, elle commence à comprendre le risque qu’elle encourt et finit par filer. Je suis vert de rage, je suis vert de rage que ça ne soit pas un homme, que je ne puisse me battre réellement. ça doit être un changement de Lune en ce moment, j’ai l’impression de devenir un loup garou mutant. 

Cette réaction m’inquiète. Cela faisait un moment que je ne m’étais pas laissé emporter par la colère. C’est laid, même si finalement, les voisins ont fini par venir me voir, en me disant que j’avais raison et que cette “bonne femme” n’avait eu que ce qu’elle avait au préalable cherché. Ce coup de nerfs ne me ressemble pas plus. Je pensais avoir maîtrisé mon impulsivité, et voila qu’un bel après-midi de Septembre, elle resurgit de plus belle. Je dois à tout prix maîtriser ces emportements. A méditer Mr Pilou …

lacolere.jpg

Mardi.

http://www.dailymotion.com/video/k56ov6M1JmcKYVtA8Y

Lundi.

http://www.dailymotion.com/video/k6lqPinQg9RBKQoKCy

Rendez vous au café de la Lune.

Nous nous étions donné rendez vous au Café de la lune. J’étais en retard, comme d’habitude. J’ai la fâcheuse habitude de partir à l’heure pile … du rendez vous. C’est comme ça, le fait d’arriver à l’heure ferait de moi un homme ponctuel, équilibré, bref, un adulte qui se respecte en quelque sorte, le contraire de moi.

Je marche dans ces ruelles aux senteurs d’épices où parfois de pisse, de la vieille ville. D’un pas décidé. Combien de temps s’est passé depuis notre dernière rencontre? Quelques rides moins le quart. Vas tu me trouver beau, vieilli, intelligent ou arrogant, d’arriver ainsi en retard?  Les autres sont certainement déjà attablés avec toi. Bien à l’heure. J’aurais l’air détaché de toute manière, il le faut. Tu as toujours privilégié les gens forts, indépendants, j’oserais dire sans fragilité apparente. Pourtant ton cœur a pétillé jadis pour un artiste écorché, inconstant et chancelant. Combien d’années déjà ?

J’accélère ma foulée. Par culpabilité de ma promptitude désespérée ? Cela fait belle lurette que je suis consensuel avec ce défaut, au grand dam de mes proches. Je presse le pas, hâtif de revisiter ton regard posé sur moi. Te devancer. Aurais je le privilège de pouvoir t’observer un moment sans que tu m’entrevois ? La configuration le permet, la situation aussi, accaparée par les conversations cocasses de mes vieux amis.

Dernière ligne droite, penses tu à moi? Me guettes tu ? Mes enjambées s’emballent dans une tachycardie urbaine. Mes gestes deviennent saccadés, semblable à un malfrat qui s’apprête à réaliser un mauvais coup. Les perles de sueur en moins. Tant d’années à s’aimer, à se soutenir, à se comprendre. Où s’en va l’amour lorsqu’il est mort ? Dans un cimetière pour éléphant ? Dans une fausse commune d’âmes larmoyantes et meurtries ? Ou tout simplement, se transforme t-il, en un mécanisme chaste et spirituel, comme semble le penser Platon ?

Je te contemple, enfin. Tu n’as pas changé, ou plutôt, si, tu parais beaucoup plus fragile. Je suis loin, je ralentis la cadence. Je te regarde rire et converser avec mes amis. Pourtant je sais que je n’ai que peu de temps pour t’observer, tu as toujours canalisé mon regard rapidement, au delà des tumultes et turpitudes de la vie. Seulement voilà, plus d’une décennie nous sépare de cette complicité, ce magnifique enfant emblématique, si cher à mon cœur, accroché à tes basques en est le témoin. En sera t-il de même désormais ? Pourquoi je n’en doute pas ? Pourquoi suis je si présomptueux ?

A peine le temps de me poser ces questions, que ton regard croise déjà le mien. Rien n’a changé, nous sommes toujours ces deux enfants perdus dans ce monde d’adulte. Qu’importe le ton solennel que nous prendrons lorsque tu te lèveras de la table pour m’embrasser. Qu’importe ces années d’absences. L’amour a ses raisons, que la raison ne polluera jamais. Je sais à présent, qu’aucun cimetière ne sera assez grand pour accueillir l’affection que j’éprouve pour toi.

rendezvousc.jpg

12345

MAUX |
Une voix dans ma tête |
News tunisienne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | le routar de sl
| AfricaDelice
| LAURALINE