Archive pour novembre, 2008

Le coma des mortels.

Le coma des mortels. dans pilou chronique paroles_coma

J’ai écrit ce texte dans les années 90. Cette chanson parlait de l’extasy. Toute une époque, celle de Money Lisa. Un jour, il faudra que je vous fasse découvrir ça en vidéo … un jour !!

satanée crève.

satanée crève. dans Pilou vrac malade

Once (il était une fois …)

Once (il était une fois ...) dans pilou chronique _wsb_217x261_DEREVO+-+Once Cette semaine à Nice, à lieu le festival des arts et du cinéma russe. Mr Pilou c’est donc rendu au théâtre Nationale de Nice, je devrais dire au magnifique Théâtre Nationale de Nice. La Compagnie Derevo de Saint-Pétersbourg y jouait la pièce « Once » créé et interprété par l’excellent (et le mot est faible) Anton Adasinski. Une chance pour Mr Pilou car cette représentation est l’une des dernières avant l’arrêt de la tournée pour cette pièce. Bravant le froid hivernale qui sévit sur la côte d’Azur ces temps-ci, je pénètre dans l’enceinte du Théatre, direction le guichet d’accueil pour y retirer mon invitation (merci à qui saura de m’avoir invité). Me voilà accueuilli par de délicieuses jeune filles sublimement habillées en habit du pays.

photo216.jpg Le placeur me mène à mon siège. Première surprise, je suis placé au troisième rang du parterre et en plein milieu de la scène. Pour les habitués du Théatre, ils auront de suite compris que cette place signifie être la ligne de mire pour les comédiens. Once étant une pièce qui se situe entre le commédia dell’arte, le cirque et la danse contemporaine, mr pilou reçu dans le désordre : du champagne, Anton Adasinski lui même sur ses genoux, l’inquiétant policier en caleçon qui le poursuivait ainsi qu’un pauvre nounours abattu maladroitement par le héros de la pièce.

photo223.jpg  Once, il était une fois … non loin d’ici, deux solitaires. Elle est belle et naïve, on dirait une poupée. Lui est brave mais peu chanceux. Un jour d’orage la foudre leur tombe dessus, le coup de foudre plutôt. C’est un Cupidon peu doué qui leur a révélé les secrets de l’amour et un diable, fort entreprenant, qui les conduits à travers pièges et illusions. Une histoire d’amour faite de rires et de larmes. Des costumes magnifiques qui parfois m’ont rappelés la touche Tim Burton. Des décors qui font mouche. Une histoire pleine de poésie. Un Théatre magnifique. Mr Pilou est aux anges, il en redemande.

Me-and-I_-foto-K_-Beljaev dans pilou happyO-cupidon-copy dans pilou NissartO-Lena-roza-copy_150x0once3Arkas1

Vertige de nuit.

Vertige de nuit. dans pilou en equilibre npa2000d C’est terrible, j’ai passé la nuit à avoir le vertige et à voir des gens que j’aime tomber dans le vide. Une belle femme brune, avec des yeux très bleu et très perçants me fixant du regard sur le balcon d’en face. Avec un air neutre, sans émotions, sans compassions, sans colère. Juste elle me fixait et ses yeux brillaient. Je me trouvais dans un appartement que je louais voilà quelques années. Ma nièce se penchait et le temps que je la réprimande, mon petit neveu escaladais la rambarde et se jetait dans le vide. Je le voyais tomber et s’écraser en bas dans un »ploc » horrible. Je me tournais vers ma mère qui me disais : « Oui, bon, il est mort c’est pas grave. » Horrible. Tellement horrible que je me suis réveillé très perturbé. Quelques minutes plus tard, je réussi à me rendormir.

Et là, j’habitais apparemment un gratte ciel New Yorkais, avec une énorme terrasse, mais qui donnait face à la tour Eiffel. J’essayais de prendre des photos pour le blog, mais j’étais tétanisé par le vertige. Il y avait pas mal d’amis à moi, ces gens là étaient mes amis mais ce n’était pas la représentation de mes vrais amis de tous les jours. L’appartement était somptueux, d’un style très pop art. J’y avait même une femme dans ce cauchemar (sourire), et étrangement, c’était la somptueuse femme brune aux yeux bleus perçants. Elle prenait aussi des photos de cette vue surréaliste. Mais elle, y arrivait sans problème. Je me rapprochait de la rambarde pour avoir un cadrage meilleur, mais je n’arrivais pas à suffisamment lever mon appareil pour prendre la tour Eiffel, mon cadrage se faisait sur une grande avenue, c’était Manhattan. Je ne pouvais photographier que l’église st Patrick. Dans un ultime essais, je réussi à lever mon appareil pour cadrer cette photo incroyable que représentait Manhattan avec la tour Eiffel au bout. Et là, je devenais tout raide, je suffoquais et ne pouvais plus bouger. La peur de tomber dans le vide. Dans un ultime effort, je suppliais un ami de me tirer loin du vide. Il empoignât ma main, ma femme du cauchemar l’autre main, et ils me tirèrent loin du vide.

Je suis désolé, je n’ai pas réussi à prendre ce cliché incroyable. Je me suis réveillé trop tôt. Quel drôle de nuit. Si quelqu’un ici est spécialiste de l’interprétation des rêves, je suis preneur.

nyc-188 dans pilou en equilibre

Pourquoi ont ils tué Jaurès ?

quelle phrase de Jean Jaures vous interpelle le plus :

  • Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. (57%, 8 Votes)
  • C'est qu'au fond, il n'y a qu'une seule race : l'humanité. (21%, 3 Votes)
  • Il ne peut y avoir de révolution que là où il y a conscience. (14%, 2 Votes)
  • Parce que le milliardaire n'a pas récolté sans peine, il s'imagine qu'il a semé. (7%, 1 Votes)
  • C'est en allant vers la mer que le fleuve reste fidèle à sa source. (0%, 0 Votes)
  • Qu'est-ce que l'idéal ? C'est l'épanouissement de l'âme humaine. Qu'est-ce que l'âme humaine ? C'est la plus haute fleur de la nature. (1%, 0 Votes)

Nombre de votants: 14

Chargement ... Chargement ...

Vivement le printemps.

J’ai envie de danser comme un singe sur de la musique païenne !!!

(java)

 

 

Vivement le printemps. dans Pilou vrac 1961225647_1

 

Mr pilou aime Tchii.

A tous ceux qui n’ont encore jamais lu ou vu le manga Chobits, je vous le conseille vivement. C’est un conte magnifique sur l’amour. Et je vous l’avoue, je suis amoureux depuis quelques années de ce personnage qui s’appelle « Tchii ». Allez, je vous la présente :

 

Mr pilou aime Tchii. dans pilou happy 270695328_small

Wagon lit.

Cela fait quatre mois que ce blog est ouvert. Ouvert sur ma vie, mes envies, mes emmerdes, mes joies. Ouvert dans l’urgence, comme un exutoire, un cri. Un bilan de ma vie, un inventaire du temps passé. Je n’ai plus besoin de crier, je parle avec calme dorénavant. Quatre mois c’est peu, et pourtant cela suffit parfois à faire le tri des décennies passées. La conclusion de tout cela, si conclusion doit avoir lieu, est que je ne regrette vraiment rien de mon passé. Finalement, j’ai toujours agit en mon âme et conscience. Et les rares fois ou j’ai perdu la raison, ce fût par amour. Donc aucuns regrets, même si parfois cet amour ne fût pas compris, même si parfois cet amour fût trahis, même si parfois cet amour fût salis, même si parfois cet amour ne fût que dans un sens, aucun regrets.

J‘ai toujours préféré aux « pourquoi » les « comment ». Comment faire pour que j’aille mieux au lieu d’un pourquoi je vais mal. comment embellir l’avenir plutôt qu’un pourquoi j’ai fait ces erreurs. Je ne suis pas du genre à souffler sur le miroir aux regrets, la buée s’efface de toute manière avec le temps. Je suis un vrai rêveur, celui qui rêve de l’impossible. Je le serais toute ma vie, malgré les trahisons, les mensonges, la méchanceté gratuite que nous pouvons tous subir dans notre vie quotidienne. John Barrymore disait : « Un homme n’est vieux que quand les regrets ont pris chez lui la place des rêves. » Je suis assez d’accord avec cela. Je suis un enfant.

Alors bien sûr, comme tout le monde, j’ai dût faire souffrir moi même d’autres personnes. Comme j’ai souffert moi même de certaines situations. A cela je répondrais qu’en aucun cas ce fût volontaire. Ce voyage de la vie est rapide, et parfois nous ratons certaines gares. On se trompe de wagon, on loupe des trains. On cours derrière. Mais on ne peut jamais rattraper la locomotive de la vie. Alors à tous ceux là, je m’en excuse vraiment et leurs souhaite d’attraper le prochain express du bonheur, de s’asseoir confortablement sur leurs sièges, et d’apprécier le paysage qui s’offre à eux. N’oubliez jamais que c’est un aller sans retour.

trainquiroule.gif

bon baiser.

De l’Oise. ou il fait froid. Mr pilou à sorti le bonnet, l’écharpe et les gants. Il ressemble à mr Duss. Je raconterais cela en détail demain, pour le moment, mr pilou profite de la famille. C’est drôle d’avoir froid en dehors et si chaud à l’intérieur. Bon baiser de l’Oise …

oise.jpg

Phrase du soir qui flingue.

 

 

« En toi ce que je déteste C’est le mal

que je te fais. »

 

 

Phrase du soir qui flingue. dans pilou realiste

12345

MAUX |
Une voix dans ma tête |
News tunisienne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | le routar de sl
| AfricaDelice
| LAURALINE