Archive pour février, 2009

Retrouvaille que vaille.

 

photoartsouille2008.jpg

 

Offre moi une table et deux chaises, qu’on puisse s’asseoir sur nos malaises.

Un bout de sourire, une écoute. Un geste tendre ou un regard de braise.

Un instant qu’on plisse nos doutes, un doux moment complice des yeux.

Loin des malveillances qui nous pèsent, caresser la soie de tes cheveux.

 

Négligeons nos conflits passés et nos attitudes hautaines.

Oublions nos ires, étouffons nos querelles anciennes.

Droit devant, l’horizon, haute sphère de nos passions.

Que l’on cesse enfin, de piétiner ce chemin de la raison.

 

 texte inspiré d’une toile d’Art-souille.

La maison n’accepte plus l’échec.

 

chezpilou.gif

 

La maison n’accepte plus l’échec, et pour conserver ses amis, la maison Pilou ne fait plus crédit. J’ai longtemps butiné de fleurs en pollen, sans vraiment me soucier des situations, léger comme une abeille. L’insouciance me servant d’ailes. Ce temps est révolu, l’authentique à repris le dessus. Je me sent fort, cette force je la puise dans cette authenticité …

Voilà un début d’article que j’avais laissé de coté il y a quelques mois. Il faisait semblablement suite à un accrochage avec un ou une amie. A vrai dire, je ne me souvient plus vraiment. Cela faisait un certain temps que ce post en attente, souhaitait renaître de ses cendres et être publié. Mais comment reprendre l’écriture d’une humeur des mois suivants; l’opération me paraissait impossible tant ces trois phrases griffonnées et jetées au fond de la cave du blog de mr Pilou ne correspondaient plus à mon état d’esprit actuel.

Certes, je me sent encore assez fort en ce moment, non pas que je sois un winner, portant les costards taillés sur mesure, arborant des Ray Ban et un sourire de vainqueur. Mais je pense que l’age et sa sagesse légendaire m’offrent une assurance certaine. L’insouciance à néanmoins disparue, mais les crédits ont repris. De nouveaux comptes sont ouverts et me remettent en mémoire certaines situations passées. Tel un saint-Bernard avec son petit tonneau autour du cou, je m’étais immiscé dans la vie de personnes prisent dans des avalanches dépressives.

J’avais fini par me retrouver enseveli moi même, manquant d’oxygène. Étouffant sous le poids du malheur des autres, j’avais omis de remonter à la surface pour respirer. J’avais fini naturellement par m’évanouir. Il me revient encore en mémoire cette personne, si touchante, désespérée par une rupture. Une année entière à l’accompagner dans sa souffrance. Des soirées, que dis-je, des nuits complètes à lui tenir compagnie dans son malheur. Cherchant les mots justes pour lui redonner goût aux choses, poussant mon investissement jusqu’à contacter son ancien compagnon afin de comprendre pourquoi leur amour était impossible. Ma seule véritable erreur d’ailleurs, tant ce coq imbus de sa personne et possessif n’en valait pas le coup. Insignifiant, bref.

Elle a fini, a force d’abnégation, par retrouver cet amour. Et naturellement, comme cela arrive souvent, de s’éloigner de son humble thérapeute amateur. Ses ailes étaient réparées et elle pouvait enfin prendre son envol tant mérité. J’avais très mal vécu le vide causé par son absence, c’était quelqu’un d’exceptionnel…  Je me demande comment les thérapeutes font, pour trouver le détachement nécessaire qui consiste à se mettre des barrières dans l’affinité. Je sais que quelques uns passent ici de temps à autre, et j’en profite pour leur demander.

Ceci étant, je n’avais pas grand chose à dire aujourd’hui et je me retrouve à écrire une analyse sur des phrases scribouillées des mois avant. Je trouve intéressant de se retourner de temps en temps sur des situations récentes, de se poser et de réfléchir sur nos erreurs de jugements. J’en profite d’ailleurs pour m’excuser auprès de lucaerne d’avoir été un peu brutal dans mes propos concernant les antidépresseurs. Finalement on ne parlait pas du même mal qui ronge et je n’ai pas assez pris en compte le sien. Méa culpa mamzelle.

Bon, mr Pilou va profiter un peu de ce temps azuréen en allant lire paisiblement, au soleil, devant la grande bleue. Bonne journée à tous.

 

La maison n'accepte plus l'échec. dans pilou pensine NICE%20def2402%20photos

1998.

Je me souviens encore de ce festival rock à Paris, au parc des princes en 1998. Il faut dire que l’affiche était alléchante, de rage against the machine en passant par NTM et F.F.F. Tout était fait pour que je passe un bon moment. Une bonne amie m’avait offert la place pour mon anniversaire (à ce propos c’est bientôt), elle m’avait dit rendez vous (pas dans dix ans) au point de penalty sur le terrain. J’avais passé là, une de mes meilleurs journées de l’année 98, c’était en Avril, juste avant cette fameuse coupe du monde qui à faillit faire croire à la France qu’elle avait réussi l’intégration. J’avais joué la veille, à Villers-Cotterêts, un mémorable concert devant … 40 personnes.

Ce festival fût une réussite, je n’ai pas compris pourquoi ils n’avaient pas réitéré les années suivantes. Des petites scènes avait été montées dans les coursives du stade et je me souvient y avoir découvert en live des petits groupes Français du nom de Silmaris ou de No one is innocent, du pure bonheur. Cette soirée c’était achevé par le show de Prodigy, prisonnier de la fosse, je n’avais pas touché terre de tout le gig. Les basses m’avaient tenu en lévitation une heure et demi durant. Alors, pour me faire plaisir (charité bien ordonnée), et à l’occasion de la sortie, dix ans plus tard, d’un nouvel opus, je me délecte de ce titre de Prodigy : Smack my bitch-up. Ou l’épopée d’une personne un peu énervée. Ame sensible, ne cliquez pas sur play.

http://www.dailymotion.com/video/k2wFI7lhaxQTeKiEir

Les endimanchés V.

On osait vraiment tout dans les années 80. Mention spécial aux costumes …

http://www.dailymotion.com/video/k6uqPpzcucWgG35jEV

Pochettes surprises II.

Pochettes surprises II. dans pochette surprise 468_9fc3b60a6d7a0a6783e656905ca9a1f1

les 4 vérités.

L’ignoble Jacques Séguéla invité à l’émission « les 4 vérités » et repris par l’excellente émission, privé de Paf par Nicolas Sarkozy, Arrêt sur image. Il nous explique sans complexe, que les attaques sur le coté bling bling de son cher président, sont une erreur journalistique, car selon lui, à 50 ans, si on a pas une rolex, c’est qu’on a raté sa vie !!!

La preuve par l’image :http://www.dailymotion.com/video/kf57UzqTSwneldX9mk

hier, les fous rièrent.

Mr Pilou est dans une période faste. Je sais, on s’en fout. Mais pourtant, quel bonheur d’être dans une phase positive. Mes relations sont aisées, tout coule sur un long fleuve tranquille. Je suis sur un petit nuage, dans un paquet de chamallow, heureux comme dans un litre pour reprendre une expression d’Audiart. Il va tellement bien qu’on a l’impression que tout l’univers se met en phase pour lui faciliter la tache. Encore ce soir, ayant décidé d’aller boire l’apéro en écoutant un peu de Jazz, je gare ma Lamborghini sur une place pas très catholique. Il faut vous dire qu’à Nice, il est parfois difficile de se garer, comme dans beaucoup de grande ville d’ailleurs. Je passe une soirée fort agréable, avec des personnes forts agréables. Au moment de reprendre ma Ferrari, je me rend compte que des élagueurs avais pris place juste au dessus de ma Porsche. Scrutant cela d’un air enviné, je me dit que la fourrière avait dût embarquer mon Hummer et que ça allait me coûter un bras. Et bien non, en arrivant sur place, je me rend compte que les élagueurs au look de bûcherons avaient tout simplement déplacé ma Cadillac de quelques mètres afin de m’éviter la fourrière. Je les remercies vivement, recevant en retour, un surprenant sourire de leurs parts et un : « Bah écoute, on sait ce que c’est, et si on peut évité d’appeler la fourrière on le fait.« 

Mr pilou profite de cette période faste. C’est bon de se sentir bien, et surtout de le partager avec ceux qui en ont besoin. Pour la devinette, la ville de Franche-Comté était Arbois, charmante bourgade aux spécialités culinaires et viticoles très riche. Mon ami l’art-souille et moi même se souviendrons longtemps de ce succulent poulet au vin jaune et morilles. Du pure bonheur je vous dis !!

 

hier, les fous rièrent. dans pilou et l'art-souille bonheur

Les endimanchés IV.

Si ça c’est pas du lourd ….

http://www.dailymotion.com/video/k5zDYqsNgmvsGlWRKk

Devinette.

Devinette. devinette

 

Vous avez trois jours pour trouver dans quelle ville de Franche comté se trouve Mr Pilou jusqu’à Mardi … à bientôt les amis.

 

Bonne fête Valentin.

 

Bonne fête Valentin. dans pilou happy brigades-du-tigre--4-

123

MAUX |
Une voix dans ma tête |
News tunisienne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | le routar de sl
| AfricaDelice
| LAURALINE