Léonard le chêne.

 

Dans son cabanon, c’est tous les jours l’été. Dans son cabanon, les lucioles la guide, virevoltantes comme des fées, vers le chemin à prendre. Dans son cabanon, on se réchauffe au bois, sur un transat, avec une couverture. Les fruits abondent des arbres, si gigantesques, à ses grands yeux d’enfants. L’atelier du pépé d’en bas est une mine de trésor, trois clous et un marteau suffisent à émerveiller cette mini Robinson des mers du sud. Les rires de ses parents résonnent encore dans sa mémoire. Elle connait tous ses recoins par coeur, ce coeur, qui se serre cette nuit là, submergé de souvenirs. Cherchant à suivre les traces de ses ancêtres, de rires et de pleurs, le bonheur mélancolique. chaque pied de romarin lui rappellent un moment, un instant d’enfance. Et même si les fleurs n’y sont plus, elle y devine encore leurs couleurs. « Les terrasses sont là  » me dit-elle, suppliant que ça ne soit pas un tracto pelle. Je lui répond que oui !! puisque je les vois aussi. Elle tremble mais je sais qu’elle n’a pas froid. Que c’est difficile d’admettre, qu’on ne sera plus jamais cette enfant. Dans son cabanon, La beauté de son âme m’est apparue.

Léonard le chêne. dans Pilou contine cabanon(2)

 


2 commentaires

  1. princess dit :

    Le cabanon aux souvenirs…très joli ! :)

    très joli souvenirs effectivement :-)

  2. monzoeil dit :

    je pousserais bien la porte de ce cabanon … si il y a une porte !

    Il n’y a plus de porte, mais il y en avait une ^^

Répondre

MAUX |
Une voix dans ma tête |
News tunisienne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | le routar de sl
| AfricaDelice
| LAURALINE