Réflexions.

Et si on mettait un doigt dans l’oeil de Moscou. Et si demain on décidait de sortir de cette bergerie. Que l’on cesse enfin de bêler comme des sacs à laine. Pour un oui, pour un nom, pour une main sur du gazon. Ne serait-il pas temps au libre arbitre de siffler la fin de ces actions. Carton rouge pour Paul et Mike, rendez nous Cartney et Jagger. Je suis de mauvaise rumeur, cessez vos dires, beuglante Elvire. Le peuple n’a plus de roi, tranchant des têtes sans couronnes. Les sommets de la vulgarité sont atteint, descendons en rappel. Il est temps je pense. Le stade d’offense va déborder, j’ai jamais eu autant envie de crier. La génération coach ne m’amuse plus.

Le branleur est dans le pré. Coincé entre la niaiserie des années quatre-vingt et la connerie des années deux mille, je suis né un jour de printemps des années soixante. Si chères à nos aïeuls révolutionnaires, qui dans toute leur sincérité, pensaient pouvoir faire un monde meilleur. Raté. Mais rassurez vous, vous avez raté comme tous ceux qui ont essayés. Cela nous confirme une chose, que la révolution ne se fera jamais en imposant une idéologie à une autre. Elle ne se fera, à la seule condition qu’elle soit une prise de conscience collective et mondiale. C’est complètement utopiste et à mon sens, impossible. J’ai beau me creuser la tête à coup de pioche, pas une seule pépite n’en sort. Comment imaginer que cette époque individualiste – dénuées de poujadisme – pourrait voir naître un mouvement philosophique mondiale capable d’apporter la paix et la prospérité à chaque être humain. Vous rendez vous compte qu’on a jamais réussi à vivre tous ensemble dans la fraternité. C’est tout simplement hallucinant quand on considère réellement ce que cela représente pour l’être humain. Cette race supérieur dans l’éco système n’est même pas capable de se protéger entre eux. Pire que des animaux.

L’être humain, cette drôle de variété terrestre. Capable du meilleur dans le pire. elle a découvert le feu pour se nourrir et se réchauffer, mais déjà à l’époque, elle ne l’a pas partagé. Alors pour le défendre, elle s’est armé. Pourtant le feu, ça se partage aisément. Quel est cet instinct inné qui nous pousse à nous diviser. Comment faire pour lobotomiser ce reflex naturel qui engendre cupidité, jalousie et haine de l’autre. Voilà le combat que l’Homme devrait mené. Mais il est débordé – pensez vous – la coupe du monde va commencer.

Mr Pilou.

 

Réflexions. dans pilou philo

 


6 commentaires

  1. Célinou dit :

    Et oui monsieur Pilou, l’homme face au football est complètement arriéré (pas tous heureusement). Mais bon regarder avec enthousiasme cette simili guerre entre plusieurs nations est ce que beaucoup savent faire de mieux. Ca doit leur donner l’impression d’exister !!
    Enfin !!!
    J’adhère complètement à ta vision du monde (tel qu’il devrait être) si utopiste soit-elle?
    N’est-ce pas navrant qu’aujourd’hui la seule manière de réunir une foule en liesse soit un match de football ??
    Par contre l’État nous a bien élevés !! tels des moutons, en effet !! Regarde comme à chaque fois qu’un groupe social tente de faire entendre sa voix pour plus de droits, nous, pauvres fruits de la société de consommation que nous sommes, nous élevons contre cette grève qui va nous empêcher de vivre quelques jours « comme d’habitude »… Et là, à cet instant, ce n’est pas l’État qui nous attachent à nos vies et nous fait taire, c’est la société, notre société, Nous…
    Triste société qui croit qu’elle ne peut vivre sans consommer !

    Je partage ta réflexion, merci d’avoir partagée la tienne avec moi … Soyons désinvolte, n’ayons l’air de rien.

  2. princess dit :

    tout à fait daccord avec celinou (si je puis me permettre ^^), je voudrais rajouter que j’admire cette façon d’écrire, de si bon jeux de mots ! bisou mister Pilou ^^

    Merci Princess, faut dire que je suis beaucoup dans ma tête ça aide !! bécots

  3. belexi dit :

    Quand tu penses que l’homme a « oublié » l’écriture pendant des siècles, et qu’il a dû la redécouvrir… Ca te donne une idée du niveau (et des priorités ^^).

    Tout à fait ..

  4. Larousse dit :

    Ca va pas être facile de donner un minimum de sens des valeurs aux enfants dans ce monde où le profit à tout prix est le seul maître et justifie même que l’on triche sans vergogne et que l’on arrive même à trouver cela normal au plus haut niveau de l’État…
    Les moutons se précipitent à l’abattoir de la vaccination anti grippe et les mêmes moutons gueulent parce qu’ils doivent faire la queue dans le froid (au risque d’attraper une bonne crève) pour se faire piquer ! Paradoxal non ?
    Elle fonctionne bien la campagne de communication de la peur et on nous en remet une petite couche tous les jours, histoire de bien l’entretenir cette PEUR ! Peur de la maladie, peur du chômage, de se retrouver SDF du jour au lendemain, insécurité et notre belle Terre qui se meurt de la pollution.
    Tout cela me saoule.
    Donc en fait, pas tant de rapport que cela avec le foot ton texte non ?

    Juste un prétexte pour une réflexion globale …

  5. La Cloette dit :

    Mon manque de culture me fait défaut, mes instits s’arrêtaient souvent à l’essentiel face à mes questions « usantes » et n’ont pas réussi à me donner le goût à cette culture, mais plutôt au « par coeur », aux « mémotechniques », bref, de la moutonisationà la place de d’instruction…, mais je présume que certaines allusions valaient un sourire au moins, un jour je relirai (là faut que je retourne repasser!!), un jour, je comprendrai !

    Et pour la partie plus fastoche, n’ayant pas réussi à motiver ma trentaine de camarades de classe au respect, au silence, n’ayant pas réussi à les convaincre que leur avenir ne serait riche que ce qu’ils auront appris, aimé… je n’y crois plus à cette prise de conscience collective mondiale… Comme toi Pilou.
    Cette envie utopique pourtant, était tellement présente que je m’y suis perdue, et depuis je me contente de donner tout mon meilleur à ceux qui m’entourent, mes « deux tiers » et tous leurs copains/ines, cousins/ines… eux sont notre avenir, donc je leur offre le meilleur du meilleur, le coeur de ma salade, le blanc de mon poulet, les fraises de ma tarte, enfin tu m’as compris, et même s’il est vrai que j’ai tendance à ne voir qu’eux, petits ou grands bouts de vies innocents, il y a aussi l’homme que j’admire chaque jour un peu plus, ceux qui m’ont donné la vie et qui ont contribué à nous foutre dans ce beau merdier, cette femme que je croise dans la rue le visage couvert de larmes, elle va surement me demander d’aller me faire voir ou de m’occuper de mon cul, mais j’aurais essayé et je m’évite la question tardive « et si j’avais pu faire quelque chose pour elle…? »
    Et c’est ce mode de vie qui est le mien, faire du bien autour de moi, afin de donner à ceux qui l’ont perdu le goût de l’échange, et peut-être que… et si ça ne marche pas ? Le jour ou je voudrais me faire mon « compte-rendu » ne viendra jamais, tout simplement. D’ailleurs je ne pronostique sur personne ;-) (Beh… Pilou… j’aime bien le foot moi…)

    Ot’ chose !!!! Le truc là, l’anecdote sur le « feu »…. c’est l’hallu !!!!! Pourquoi on n’en parle pas en histoire au lieu d’apprendre ‘par coeur toujours…’ le nom des armes qu’ils fabriquaient ????? J’en suis tombée le cul par terre, vraiment… Je regrette encore de n’avoir pas fais plus d’années d’école, je rêve d’un cours, un seul petit cours de philo… :-(

    Merci Pilou, au plaisir de te lire !


    Moi aussi j’adore le foot :-p

  6. la noiraude du jura dit :

    Haaaaa c’est toujours une joie de te lire. Et ça faisait un bail que je n’étais pas venu dis donc!
    Ton regard sur le monde que tu fais là, est (malheureusement) criant de vérité. Depuis la nuit des temps, on se jalouse, on s’arrache ce que l’autre a et que l’on veux à tout pris. Pas par nécessité, mais par jalousie. Et que dire de celui qui n’est pas comme les autres. Celui là, galère, est réprimé, descendu, est le centre de moqueries pour ces autres gens normaux qui demandent qu’à se défouler un peu.
    Oui, le monde est pitoyable. Mais il est ainsi. Un jour peut etre, l’homme regardera autour de lui. Peut être.

    Ha tiens, j’ai pensé à toi l’autre jour. Les « anges » sont venus jouer dans une salle de spectacle pres de chez moi (je te l’ai peut être déjà dis non?). Il partait que c’était sensas! Ils était très surpris du fomidable accueil que leur a fait le public qui ne les a pas ounliés.

    Je te souhaite de bonnes fêtes de noël
    bisous Msieur pilou

    Merci pour ce magnifique com tite noireaude ^^

Répondre

MAUX |
Une voix dans ma tête |
News tunisienne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | le routar de sl
| AfricaDelice
| LAURALINE