Archives pour la catégorie pilou et ses amis

La face éclairée du coté sombre.

A la mémoire des amnistiés 

au son des trompettes endiablées 

qui sonnent la retraite d’un combat sacrifié, fatigué. 

Fatigué des croyances périmées 

au nom des paires, du fist et des sains d’esprits, je suis … 

un con cerné. 

Si j’ai tort 

c’est toujours mieux dehors 

on se brûlera encore 

à l’ombre de tes remords 

A mon tour d’y voir 

clairvoyance et présages 

parachutes dorés dans un ciel sans nuage 

les dollars sans visage 

.. 

Petit extrait de notre première, véritable session de travail entre Cédric et moi. Un pur bonheur. Les heures ont filé plus vite que le temps. Café, clopes, canapé, guitare. On était pourtant loin des strass et paillettes amassés depuis plus d’un an par Cédric, tout au long de sa tournée Zazienne. Et de plus, je l’avoue, je suis moins agréable à regarder que son “enfoirés” de patronne. Et pourtant rien à changer, pire, c’est mieux !!

On se retrouve quelques années plus tard, on s’accorde comme des vieux roublards. Je lui fredonne les premières lyrics de mon titre “mamzelle Loupi”. Le temps de lui jouer deux couplets, un refrain, et il avait déjà trouvé l’arrangement … que j’avais dans la tête !! Trop facile, ça tombe bien, j’ai besoin de tranquillité.

J’ai envie de créer des chansons simples comme une sieste, à l’ombre d’un olivier. Légères comme un champ de marguerites au printemps. En quelque sorte, je nommerais ça : La face éclairée du coté sombre. C’est subjectif, mais ce sont les seuls mots qui me viennent pour vous définir mon état d’esprit, parmi des tas d’esprits.

Je ne sais pas où cette collaboration va nous mener, mais ce soir, dans un élan d’égocentrisme bloggien, Il me prend l’envie d’éditer une photo de nous deux. Juste histoire de marquer au fer rouge cette surprenante journée.

photo046.jpg

Mr Cédro et Mr Pilou .

Adam + Eve.

Le teaser du premier court métrage de Steph est enfin en ligne. Je suis vraiment fier de mon pote. Allez y jeter un coup d’oeil et une petite griffe Ici .

adameve.gif

Le Boucher de biiiippp.

20h15, je suis à l’heure. Choup est déjà devant cet endroit que l’on nomme Mjc. C’est plutôt un mixte entre un commissariat de quartier et un hôpital de campagne. Lumières fades de néons, peintures saumon et blanc. J’ai envie de partir, de vomir aussi. Les filles me traitent de rabat-joie. Je ne le sens pas ce « stage photo ». Bon, la première session étant gratuite, Choup la menace m’avait cordialement invitée à l’accompagner, riche idée qu’elle a eue là.

Ça ressemble au couloir des urgences. Ce mauvais carrelage bon marché et usé, cette lumière jaune, ces portes bleues électrique, ce saumon, me laisse présager une qualité modeste de ce stage. Je me dit que bon, peu importe l’endroit, seul notre interlocuteur sera important. Il ne tarde pas à arriver. Une trentaine de pelés l’attendent, bloc note et stylo à la main, dans ce couloir morbide. Nous avons les mains vides, nous faisons tache dans cette secte de trentenaires semblant sortir d’un séminaire de scouts. Je veux partir, les filles doutent, je les maudits. Il ressemble plus à un boucher de quartier qu’à Henri-Cartier Bresson. Choup me souligne discrètement que c’est le propriétaire du petit bouiboui photo-service de la rue de la biiippp. Aïe.

Je tente de fuir. Trop tard. Tel un banc de saumon (décidemment), nous voilà entraîné dans un mini amphithéâtre glauque qui ne dénature pas avec le reste de l’endroit. Il fait chaud, Choup c’est fait piquer à la main par ce qu’on définira, au hasard, comme une araignée. Elle gonfle, je rigole, elle râle. Nous nous installons sur des bancs en bois dont le confort n’aurait d’égal qu’un bon rocher pointu de la pointe du Raz (le vent en moins quand même). Je pleure, je supplie les filles de simuler un malaise pour se replier. Elle refuse, c’est la guerre.

Le boucher Photographe prend la parole. Il a un humour proche de Laurent Gerra, je meurs. Il demande à chacun de se présenter en précisant quel type d’appareil nous possédons. L’horreur. So. Se plie a cet exercice juste avant moi, je suis sauvé, elle est équipé en numérique et argentique, ça sonne. Je m’en sors par une pirouette humoristique, le boucher n’insiste pas, il a compris que je ne reviendrais pas en deuxième semaine et me foutra la paix. C’est au tour de Choup, qui, surprise, nous sort du grand art. Elle annonce clairement a notre Yann-Arthus Bertrand des côtes de porcs, qu’elle possède un Canon. J’explose de rire. Surtout quand il lui demande si c’est un reflex. Finalement, elle s’en sort avec son sourire ravageur et l’assistance ne prête même plus attention a ses mots. Choup n’a jamais eu de Canon.

Je vais vous épargner les deux heures qui suivront. Je le résumerais ainsi : La fille devant moi à son étiquette du T.shirt qui dépasse, ça m’obsède, les filles aussi.

22h30, je me dit que le plus dur est passé. On va se quitter, le boucher et moi, la larme à l’œil. Promettant de s’écrire souvent.

 » Qui à amené ses clichés ? ». En ces mots, j’ai compris que le meilleur était à venir.

Cela n’a pas loupé. Bec d’oiseau en Macro, gros plan sur une tomate, une Ferrari flou et un poivron grillant sur barbecue artistique plus tard, je me retrouve enfin dans ce couloir saumoné. Coup d’œil en haut et à droite, So est courbaturé, coup d’œil en bas et a gauche, Choup semble moins gonflée.

« Les filles vous savez quoi ?

_ non ?

   _ la prochaine fois, c’est moi qui choisi l’activité. Je ne vais pas vous louper. »

boucher.jpg

Raconte pas ta vie comme ça.

Bon aujourd’hui je balance en vrac mes pensées. J’ai passé une bonne journée hier, partagée entre la terrasse du bar de la dégust’ (mon Q.G.) et un dîner entre amis bien agréable. Je ne me suis pas mis en colère depuis que j’ai passé mes nerfs sur la pétasse Niçoise. Je devais avoir besoin d’évacuer, c’est la pouffe embourgeoisée qui a pris. Tant mieux. Ce soir je vais tâter le terrain à un stage de photographie avec Choup et So. Mais bon, à 250 euros d’inscription à l’année, à raison de deux cours par mois, je pense qu’ils vont aller se gratter. Mais comme je suis curieux, je vais quand même aller voir de quoi il en retourne. 

Je suis passé niveau 42 à la guerre des gangs sur Facebook, c’est débile, ça sert à rien, mais j’m'en fous. J’ai du mal à prendre ma guitare en ce moment, du coup, ça n’avance pas beaucoup. Mais bon, ça ne se contrôle pas. Je m’en fais pas plus que ça, j’aime travailler dans l’urgence de toute manière. Il commence à me venir des envies de changements, de déménagement pour être plus précis. Bah, je vais re-décorer tout l’appart et on verra bien. Mag et son copain fiancé, ont trouvé un beau 80 mètres carrés avec une immense terrasse surplombant la côte de Menton à Cannes. Elle s’éloigne de Nice mais en même temps elle a trouvé un nouveau job en bas de mon boulevard. On se verra encore plus, c’est cool. Du coup l’Art-souille va intégrer son ancien appart du Vieux-Nice et se rapproche de moi. Tout se déroule à merveille en ce moment. Mon frère lui-même, étant sur la bonne voie pour avoir le sien sur le port. Il va enfin pouvoir faire descendre sa petite famille qui désespérait dans la grisaille du Nord. Cela nous promet de bonnes fêtes de Noël. Pourquoi je pense déjà à Noël ? 

Mes envies reviennent, je le sens. Tous s’arrange petit à petit pour mes proches, c’est bon. Mon vieux pote Nico va chopper 40 ans. Et la, je me gausse. J’aimerais tellement vivre dans un monde ou tout ceux que j’aime soient heureux et paisibles. Bon, je me Ségolènise là !! allez hop mr Pilou, va prendre ta guitare et travaille un peu ta musique …

kiwiheart.jpg

Yulès aux eurockéennes.

Image de prévisualisation YouTube

Petit souvenir pour un grand moment. Le soleil était même au rendez vous, chose rare en Franche Comté. Une plage (malsaucy), des « gens » adorables m’accompagnant, le soleil et Yulès. Ne me cherchez pas, je suis au pied de la caméra. A la régie. Il y a des concerts a voir dans la fosse, et d’autres, tel que Yulès, à écouter de la régie. emoticone

Rendez vous au café de la Lune.

Nous nous étions donné rendez vous au Café de la lune. J’étais en retard, comme d’habitude. J’ai la fâcheuse habitude de partir à l’heure pile … du rendez vous. C’est comme ça, le fait d’arriver à l’heure ferait de moi un homme ponctuel, équilibré, bref, un adulte qui se respecte en quelque sorte, le contraire de moi.

Je marche dans ces ruelles aux senteurs d’épices où parfois de pisse, de la vieille ville. D’un pas décidé. Combien de temps s’est passé depuis notre dernière rencontre? Quelques rides moins le quart. Vas tu me trouver beau, vieilli, intelligent ou arrogant, d’arriver ainsi en retard?  Les autres sont certainement déjà attablés avec toi. Bien à l’heure. J’aurais l’air détaché de toute manière, il le faut. Tu as toujours privilégié les gens forts, indépendants, j’oserais dire sans fragilité apparente. Pourtant ton cœur a pétillé jadis pour un artiste écorché, inconstant et chancelant. Combien d’années déjà ?

J’accélère ma foulée. Par culpabilité de ma promptitude désespérée ? Cela fait belle lurette que je suis consensuel avec ce défaut, au grand dam de mes proches. Je presse le pas, hâtif de revisiter ton regard posé sur moi. Te devancer. Aurais je le privilège de pouvoir t’observer un moment sans que tu m’entrevois ? La configuration le permet, la situation aussi, accaparée par les conversations cocasses de mes vieux amis.

Dernière ligne droite, penses tu à moi? Me guettes tu ? Mes enjambées s’emballent dans une tachycardie urbaine. Mes gestes deviennent saccadés, semblable à un malfrat qui s’apprête à réaliser un mauvais coup. Les perles de sueur en moins. Tant d’années à s’aimer, à se soutenir, à se comprendre. Où s’en va l’amour lorsqu’il est mort ? Dans un cimetière pour éléphant ? Dans une fausse commune d’âmes larmoyantes et meurtries ? Ou tout simplement, se transforme t-il, en un mécanisme chaste et spirituel, comme semble le penser Platon ?

Je te contemple, enfin. Tu n’as pas changé, ou plutôt, si, tu parais beaucoup plus fragile. Je suis loin, je ralentis la cadence. Je te regarde rire et converser avec mes amis. Pourtant je sais que je n’ai que peu de temps pour t’observer, tu as toujours canalisé mon regard rapidement, au delà des tumultes et turpitudes de la vie. Seulement voilà, plus d’une décennie nous sépare de cette complicité, ce magnifique enfant emblématique, si cher à mon cœur, accroché à tes basques en est le témoin. En sera t-il de même désormais ? Pourquoi je n’en doute pas ? Pourquoi suis je si présomptueux ?

A peine le temps de me poser ces questions, que ton regard croise déjà le mien. Rien n’a changé, nous sommes toujours ces deux enfants perdus dans ce monde d’adulte. Qu’importe le ton solennel que nous prendrons lorsque tu te lèveras de la table pour m’embrasser. Qu’importe ces années d’absences. L’amour a ses raisons, que la raison ne polluera jamais. Je sais à présent, qu’aucun cimetière ne sera assez grand pour accueillir l’affection que j’éprouve pour toi.

rendezvousc.jpg

Mon espace.

capture.jpg

Aujourd’hui, j’avais envie de parler de mes amis myspaciens artistes. Mais en bon blogueur égocentrique que je suis [devenu], je vais plutôt vous parler de moi, de ce que je pense d’eux. Je vous ai donc affiché (merci lilou), leurs trombines, telles qu’elles apparaissent dans mon top amis (ce terme m’ayant toujours gêné). Je ne vous parlerais que des artistes, certains y figurant, reste mon jardin secret. 

Au top de ce top (c’est tip-top), ce trouve le fameux Art souille. Incontestablement mon ami le plus proche depuis quelques années. Un peintre punk, un sage graffeur de la rue. Je vous conseille vivement de découvrir son œuvre sur sa page (cliquez sur le nom). Une sublime vision du monde qui nous entoure. Pessimiste, mais lucide. 

A côté, on y trouve Yulès. Mon coup de coeur musical de l’année va donc vers un groupe … Franc Comtois. Qui aurait pu imaginer que la cancoillotte puisse à ce point inspirer une pop aussi fluette et un sens de la mélodie aussi juste. 

On y retrouve Fabien Mettay, Je vous en ai parlé récemment. J’aime toujours autant ce chanteur et son univers, et serais ravi de partager la scène avec lui. Je trouve son duo avec Cali très très triste mélancolique. Son album sort le mois prochain et je croise les doigts pour lui. Et en plus … il y a du violoncelle. 

Felicity, le charme anglo saxon dans toute sa splendeur. Cette fille est une extra terrestre, chanteuse charismatique des Playmates on the run et de Stranded Branded, elle est aussi auteur de quatre nouvelles qui pourrait être à la littérature, ce qu’est Radiohead à la musique. C’est ma muse, ma lolita, mon amie. Notre relation est unique, je pense qu’on sera ami, encore très longtemps. On écrit doucement mais sûrement notre histoire. 

La fille la plus “lover booké” du monde, Mélodie. Incontestablement celle qui me comprend le mieux. Qu’elle danse, taquine le jazz dans la rue, à la batterie, enflamme les soirées avec sa troupe de batucada ou transforme un quartier Niçois en Harlem avec son groupe de gospel, elle le fera toujours avec passion. Elle et moi, c’est pour la vie, amitié indestructible. On le sait …. 

Adrienne Pauly chante “j’veux un mec”. Et bien je lui répondrais : t’en as un derrière toi qui joue de la batterie. Olive mi alone, mon grand dadet, ma saucisse, mon antidépresseur. Ah si tous les mecs pouvaient être comme lui. Si tu passes par ici brother, sache que je t’aime. 

Nathalie, que je ne connais pas personnellement, on s’envoie un petit mail de temps en temps pour se remonter le moral. C’est une charmante comédienne, très talentueuse. Elle tourne en ce moment un pilote de série pour la télévision qui s’appelle : So what … et alors ?. Dans l’esprit d’un gars et une fille. On la connait médiatiquement, surtout pour sa participation à la bande dehoufs. Qu’on soit sensible ou pas à ce genre d’humour, on ne peut que reconnaître qu’elle a vraiment du talent. 

La personne suivante c’est Cédric. Mon Cédro, un mec d’une sensibilité proche de la mienne. Je dirais, une de mes rencontres artistiques et humaines les plus intéressantes. On a joué ensemble dans Dope, puis, il est parti officier avec Zazie, une petite chanteuse pas trop connue [en Laponie]. Zazie ayant l’amabilité de le lâcher quelques temps, j’en profite pour me l’accaparer le temps nécessaire à faire évoluer mes compos persos. Il joue aussi dans Lady Smith. Projet très personnel avec Steph et son frère Laurent. J’aime beaucoup ces gars. 

Dans la continuité de cette petite “bande”, il y a Stéphane Lionardo. Réalisateur de films publicitaires et surtout de clips vidéos. Il a réalisé, soutenu par Xavier Gens (Hitman, Calvaire …), une vidéo live de Money Lisa. Mon ancien groupe. J’ai beaucoup d’affection pour cet artiste, je le trouve très touchant, et surtout, d’une sensibilité très juste. Il a tourné récemment son premier court métrage qui s’appelle Adam + Eve, qui passera prochainement sur 13 ème rue. Une prémisse a son long métrage, qui j’espère, ne tardera pas. Je suis fier d’être son pote … 

Sur cette page, regroupant le top-tip-top de mes amis space, Il y a Ridfa. LE guitariste de Lofofora. Actuellement leader du groupe In Vivo. Nous nous sommes croisés à plusieurs reprises, sur scène. Mais aussi en studio, si je puis dire. A la fin d’un mémorable pot au feu arrosé, Reuno a décidé de nous faire  brailler chanter les chœurs sur leur sublime reprise d’Arno, “et vive ma liberté”. Une anarchie complète et mémorable (on y entend même les chiens de mamad l’ingé, aboyer). Ridfa, si tu passes par ici, je n’ai qu’une chose à te dire : L’amour, l’amour est dans ton cœur. 

Dans un autre registre (quoi que), il y a Sophie, la sublime chanteuse des Wäks. Ma coupine, elle et moi c’est une longue histoire. J’ai l’impression de la connaître depuis son enfance. L’exemple même du bien fondé d’internet. Un seul regret, c’est de toujours l’avoir rencontrée dans une ambiance survolté de concert. On mériterait de ce rencontrer au calme, devant un bon dîner. ça viendra. Je lui ai présenté Felicity, ça a collé, j’en était sûr. En a découlé d’autres rencontres, c’est drôle. Elle est très belle, très talentueuse, et déborde d’énergie positive. Je l’aime beaucoup Sophie. 

Benoit et la lune, Un univers, une ambiance qui me rappelle mes douces vallées Bretonnes en Automne. Un poète, un vrai. J’ai adoré Aux abonnés absinthe. J’aurais d’ailleurs, bien aimé trouver cette phrase Benoit, bravo. Benoit et moi on s’est connu lorsqu’il était chanteur de faith no more Maldorore. Encore un groupe talentueux passé dans l’oublie par manque de soutien des soi-disant professionnels du spectacle vivant. Il n’empêche que ce type est un artiste vraiment complet et très talentueux. Je vous conseille vivement d’aller le découvrir. 

Je vais finir ce petit tour de mon top-tip-top par notre maître a tous, Christian Truchi, Leader d’un des groupes majeurs de la scène de rock progressif des années 70, Carpe Diem. Même si il a lâchement abandonné sa production de vin d’orange. Même si cette année, nous avons encore, par manque de volonté et d’esprit d’initiative, omis notre traditionnel barbecue d’été. Il reste néanmoins quelqu’un que je respecte et apprécie énormément. 

Je vous invite sincèrement à prendre le temps de cliquer sur tous ces liens, et de découvrir les divers talents de ceux qui font mon monde.

11 Septembre.

Vous étiez où vous le 11 Septembre 2001 ? 

C’est drôle comme tout le monde s’en souvient. Je me souviens vaguement du réveil difficile, je partageais un Hamac avec Mag, à flanc de montagne. Il faisait beau,on avait passé toute la nuit dans l’axe du mal. Alcool et divers produits avaient accompagné cette nuit. Nous avions prévu une sacré belle redescente dans un trip nature. Aucun portable ne passait, les cigales chantaient délicieusement la fin de l’été, nous étions amoureux …

Nous avons d’abord cru que notre pote Nico avait, comme à son habitude, doublé sa dose de pilule Batman quand il est venu nous perturber dans notre Eden. Que nenni, comme on dit dans
la Franche comté natale de Mag. Des gens mourraient par milliers, et nous filions le bonheur parfait. Cette redescente, je m’en souviendrais toute ma vie. Et vous, vous étiez où le 11 Septembre 2001 ? J’attends vos coms …

 

11septembre.jpg

Nice stunt.

C’est parti, on reprend la route. Beaucoup plus calmement que mon ami Manu. Un petit extrait du DVD “Nice stunt” que je conseille vivement à tous les fêlés de deux roues et de néo métal. Il m’a fait l’honneur d’habiller musicalement ses exploits sur une musique de Mr Pilou avec Money Lisa. Tout est réalisé sans trucage, on le voit d’ailleurs, à la fin de cet extrait, avoir quelques déboires avec la maréchaussée locale. Orlando exige le clip …

http://www.dailymotion.com/video/k37I1YGTZoj07fr3Z

Belle fée gore.

Dernier périple, après le culinaire, le cul dans la mer, le culturel.

Ces murs chargés d’énergies, d’oeuvres grandioses. Tous ces trésors de l’humanité.

Quoi de mieux que le Louvre ….

Petite mosaïque parlera mieux que mes mots.

collagelouvres.jpg

cliquez dessus pour agrandir.

12345

MAUX |
Une voix dans ma tête |
News tunisienne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | le routar de sl
| AfricaDelice
| LAURALINE