Archives pour la catégorie pilou curieux

Oh Candy, Candy, Candy … i can’t let you go.

 

 C’est quoi votre bonbon préféré ?

 

Oh Candy, Candy, Candy ... i can't let you go. dans pilou curieux Spooooooky_by_A_Little_Kitty

Sur la trace des fées.

 

 

Sur la trace des fées. dans piafou 50_redimensionner.1179070821

 

Quel titre de chanson vous inspire cette image ?

La table des matières grises.

Les questions sont faites pour être posées, déclarât Jacques en se resservant du rosé.

Quand on pose les questions, on s’oppose aux réponses, lui rétorquât Daniel la bouche pleine.

J’ai des questions à toutes vos réponses messieurs, s’empressât de répondre le brave Woody.

Ce sont les questions qui font le philosophe, ironisât Paul entre deux bouchées.

Et Confusius, la fourchette en l’air, de répliquer : Je ne cherche pas à connaître les réponses, je cherche à comprendre les questions.

Je crois qu’un homme est mieux connu par ses questions que par ses réponses, répliquât hativement Thomas visiblement affamé.

Exactement, s’interposât Lou, Je n’apprends jamais rien en parlant, mais seulement en posant des questions.

Le plus difficile ce ne sont pas les réponses, le plus difficile, c’est de se poser des questions, s’énervât Lyse en coupant sa viande.

Un imbécile peut poser à lui seul dix fois plus de questions que dix sages ensemble ne pourraient en résoudre. Vladimir se resservît de la sauce apparement fier de son propos.

Il n’est point nécessaire que toutes les questions trouvent leur réponse. Pour les plus importantes, c’est déjà beaucoup qu’elles aient été posées. Friedrich bousculât le bras du serveur lui apportant son île flottante.

Gilbert fît retentir un son aïgue à l’aide de son couteau sur le verre et se levant, clâmat haut et fort : Et si c’était cela, perdre sa vie : se poser les questions essentielles juste un peu trop tard ?

 

La table des matières grises. dans pilou curieux Questions

question à la con du lundi. #2

 

 

 

 

Si j’étais vous, j’écrirais quoi ?

 

 

 

 

 

question à la con du lundi. #2 dans pilou curieux logo

Madame Souris à des envies.

Madame Souris est tombée dans le bocal. Elle a glissé, trahie par sa curiosité légendaire. Elle s’était penchée pour sentir l’odeur sucrée qui en émanait, gourmande qu’elle était, ses pattes n’ont pu accrocher le bord. Plouf, Madame Souris s’est noyée dans le caramel chaud. Elle avait menti à tous ses amis, quand un bel après-midi, elle était partie, attirée par cette sucrerie. Êve croqua la pomme, sans se soucier du mal qu’elle pouvait causer. Madame Souris voulait se goinfrer, mais à tout vouloir goûter, elle devint si lourde qu’elle coula tout au fond du bocal.

La moralité de cette histoire, je la confierais à Oscar Wilde qui disait si justement :

Seuls les sens peuvent guérir l’âme, tout comme l’âme seule peut guérir les sens.

 

page3blogentry771.jpg

Les beaux dimanches.

http://www.dailymotion.com/video/k4biYUtVpwj8JTYsEp

 

Mr Pilou aime cette ambiance

Mr Pilou aime bien les bretons

Mr Pilou irait bien faire un tour a Brest durant ce festival d’artisans

Tout me revient.

Je me souviens de l’air éberlué et de cette moue réprobatrice que j’avais pris, quand on m’avait annoncé que Pascal allait participer à la star Ac’. Mais que diable allait il faire dans cette galère, qu’est ce qui lui a pris ? pourquoi affronter des pré-pubères en soif de devenir des stars ? Pourquoi se confronté à la stupidité de la télé poubelle réalité ? Bref, du coup je m’étais tapé quelques « prime », comme tout à chacun aurait fait si un pote participait à ce genre d’émission. Devenant moi même acteur d’un système que je combat. Bon, rassurez vous, mr Pilou n’était pas allé jusqu’à envoyer des textos, faut pas déconner non plus. D’ailleurs, si mes souvenirs sont bons, cette saison avait été remporté par une chanteuse de karaoké du nom de Magalie Vaé, qui avait autant de charisme qu’une huître de Bouzigues. Preuve que cette émission est inutile et débile. Bon, un petit bémol pour son duo avec l’idole des (jeunes ?), qui ma foi, reflétais quand même le talent de Pascal (car il en a le bougre).

http://www.dailymotion.com/video/k6lwr4OkW6jTvt6lk2

Et quelle ne fut pas ma surprise quand on me fait écouter l’album d’une autre candidate de la star ac’, d’une autre saison, (ne me demandez pas laquelle). Je l’avais déjà remarqué lors d’un zappage effréné dont j’ai le secret. Je m’étais dit, tiens c’est dommage, encore quelqu’un de talentueux qui se fourvoie dans la télé poubelle. Ma surprise se révélait positive à l’écoute de ce single, signé Da Silva (qu’est ce qu’il bosse lui). Je trouve ce titre très sympa, cette petite Marina très charmante et j’espère sincèrement pour elle, qu’elle arrivera à détacher son image d’élève de la star Ac’ qui risque de lui coller à la peau. Je vous propose donc d’écouter cette si légère et sympathique artiste.

http://www.dailymotion.com/video/k4ttxJabFcQMl7U8JX

EXPOSITION FUTUR ANTERIEUR AU MUSEE DE CIMIEZ.

Futur antérieur est une exposition d’archéologie fiction dans laquelle des scientifiques du 5e millénaire décryptent le fonctionnement de notre société actuelle par le biais d’objets usuels constituant notre quotidien et qui, 2000 ans plus tard sont devenus des vestiges peu lisibles : lecture d’un tag laissé sur un fragment de béton intitulé « fragment de fresque » ou encore nain de jardin « statuette d’homme avec gobelet à libation »… Cette exposition pose un regard humoristique sur les réflexions des archéologues et interpelle le visiteur avec convivialité et humour sur la relativité de la démarche scientifique. Elle tente de répondre modestement à la question « que restera-t-il de notre monde dans 2000 ans ? » et propose un petit exercice d’humilité autocritique sur l’interprétation archéologique et la muséographie.

J’ai beaucoup ri face à des oeuvres tels qu’un disque dur, rouillé par 2000 ans d’érosion ayant pour intitulé : Maquette d’une ville du XXI eme siècle. Ou encore ce casque militaire qui devient un couvercle de casserole aux yeux des personnes des années 4000. Situé au milieu des ruines romaines, cette expo nous fait prendre conscience de certaines choses. La question est posée, que comprendraient de notre société d’éventuels archéologues futurs, s’ils travaillaient comme ceux d’aujourd’hui ?

Cela met en lumière les difficultés de l’interprétation archéologique, fondée sur des sources résiduelles donc aléatoires. Cela met aussi à l’épreuve une méthodologie qui, même rigoureuse et logique, aboutit parfois à des conclusions erronées. Cette expo illustre l’illusion d’une muséographie qui transforme l’objet trivial en une oeuvre précieuse. Une autocritique très amusante qui démontre que l’archéologie, qu’elle porte sur le passé ou le futur, se conjugue toujours à l’imparfait. Mr Pilou a adoré …

 

EXPOSITION FUTUR ANTERIEUR AU MUSEE DE CIMIEZ. dans pilou curieux nice-news-4429

Le vélo vert.

Cette petite histoire que je vais vous narrer à présent, fait parti d’un exercice de style imposé entre zaza et mrPilou. En effet, nous nous sommes défiés, l’un et l’autre, d’inventer une histoire ou figurerons obligatoirement des mots, pris au hasard. Ainsi, dans cette petite histoire, figurera les mots suivants Péniche, radis, vert, Paris, beauté, 7, Marie Stuart, un pull, vélo, tajine de légumes aux épices et raisins, la Russie, l’automne, Ursula, Gildas et légèreté. J’y ai juste rajouté un petit bonus, qui consiste à faire marcher votre imagination. J’aimerais en effet, que les plus vaillants d’entre vous, écrivent la fin de l’histoire comme ils la ressentent. A votre imagination, prêts, partez !

 

Il était beau ce ciel de Paris, entre chien et loup. L’automne avait tout doucement chipé la place à ce fabuleux été 78. Les arbres des quais de Seine avaient quittés leurs belles robes estivales, pour revêtir leurs plus beaux pulls aux parures d’argent. Ces chaudes couleurs ocres et jaunes se reflétaient sur les péniches environnantes, offrant la sensation d’une grande beauté rassurante. Gildas appréciait ce moment merveilleux. Il avait emprunté un vieux vélo vert et rouillé à Ursula, fraîchement arrivé de Russie, pour parfaire son français, qui partageait pour des raisons pécuniaires, le vieil appartement du 7, rue Marie Stuart. Dans un quartier des Halles. Un immeuble modeste. Où se mêlait souvent le dimanche, les odeurs du tajine de légumes aux épices et raisins des voisins du 5eme, avec celles du gigot aux haricots de celui du 2eme. Le loyer était encore abordable dans ce quartier en pleine rénovation.

Les pneus crissaient sur les cailloux des bords de Seine. Il éprouvât à ce moment, une grande sensation de liberté. Un large sourire aux lèvres et une légèreté hors du commun. Même Roger cageot, le clochard titi de l’église saint-Eustache, qui passait ses journées à pester contre les bourgeois qui ne lui donnaient pas un radis, n’osa lui adresser la parole à son passage. Tant il dégageait une aura de bonheur. Tout lui semblait beau, de la valse des grues et autres pelleteuses du chantier du forum, aux merveilleuses façades de la rue de Rivoli. Gildas était heureux, mais quel mystère pouvait cacher ce bonheur ? A vous de me le dire …

Le vélo vert. dans pilou curieux 06-Pont_des_Arts

J’aime…

Regarder sous les jupes des filles.

 

J'aime... dans pilou curieux kathe2ym6

12

MAUX |
Une voix dans ma tête |
News tunisienne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | le routar de sl
| AfricaDelice
| LAURALINE