Archives pour la catégorie pilou happy

Léonard le chêne.

 

Dans son cabanon, c’est tous les jours l’été. Dans son cabanon, les lucioles la guide, virevoltantes comme des fées, vers le chemin à prendre. Dans son cabanon, on se réchauffe au bois, sur un transat, avec une couverture. Les fruits abondent des arbres, si gigantesques, à ses grands yeux d’enfants. L’atelier du pépé d’en bas est une mine de trésor, trois clous et un marteau suffisent à émerveiller cette mini Robinson des mers du sud. Les rires de ses parents résonnent encore dans sa mémoire. Elle connait tous ses recoins par coeur, ce coeur, qui se serre cette nuit là, submergé de souvenirs. Cherchant à suivre les traces de ses ancêtres, de rires et de pleurs, le bonheur mélancolique. chaque pied de romarin lui rappellent un moment, un instant d’enfance. Et même si les fleurs n’y sont plus, elle y devine encore leurs couleurs. « Les terrasses sont là  » me dit-elle, suppliant que ça ne soit pas un tracto pelle. Je lui répond que oui !! puisque je les vois aussi. Elle tremble mais je sais qu’elle n’a pas froid. Que c’est difficile d’admettre, qu’on ne sera plus jamais cette enfant. Dans son cabanon, La beauté de son âme m’est apparue.

Léonard le chêne. dans Pilou contine cabanon(2)

Didier Super au con du roi.

Didier Super au con du roi. dans pilou happy bd1bd2 dans pilou mixImage de prévisualisation YouTube

Je suis dans l’escalier.

 

Je suis dans l'escalier. dans pilou happy

Bob l’éponge.

Mettre une casquette pour prendre une casquette, ce fût ma devise ces derniers temps. Alors je dis chapeau, j’attends cette pluie d’été, annonçant, de leurs humides larmes, l’automne de toute les mélancolies. Le couvre chef bien vissé sur la tête, je profite joyeusement de cette plénitude estivale. Je transforme – à ma guise – le soleil en rêve, véritable ombre de lumière. Le chapeau de mon melon bien juteux se prend pour un haut de forme, provoquant les Arlequins qui ne tiennent pas deux rounds, je suis un casque bleu azur … Mais qu’est ce que j’ai mal aux cheveux !!

 

cheveux.jpg

Blanche de Rome.

Un an jour pour jour que j’ai ouvert ce blog. Que de chemins traversés en votre compagnie, des humeurs souvent joyeuses, parfois tristes, voire révoltées. Alors, est-ce le moment de faire un bilan sur cette année écoulée, je n’en suis pas sûr. Cependant, l’ouverture de ce blog, effectuée dans une urgence psychologique évidente, m’a permis sincèrement de me recentrer, de me retrouver – et même – je dois bien l’avouer, me découvrir.

Beaucoup de chose ce sont passées pour moi. Ce blog à été ouvert durant un exil psychologique, je l’avais d’ailleurs, à l’époque, présenté par une métaphore. Il serait mon Subutex émotionnel. Un besoin de rendre hommage à celles et ceux que j’avais aimé durant ce long chemin de vie. Une sorte d’oraison funèbre, comme pour enterrer dignement toutes ces années passées au milieu de gens formidables. Alors, j’ai parlé de mes amis. Je leur ai dit à tous, combien je les remerciais de m’avoir accompagné jusque là. Et vous, chers lecteurs, vous m’avez suivi dans ce long requiem. Sans jamais me juger, mis à part quelques rares personnes n’ayant pas canalisées leur propre colère, et qui, stupidement (le terme est gentil), m’ont pris pour un looser un peu mythomane qui s’inventait des amis pour se faire mousser. Il n’en était rien, bien sûr, je ne suis pas encore assez fou pour m’inventer des copains virtuels, hélas.

C’était bel et bien un hommage que je voulais rendre à celles et ceux que j’aime vraiment profondément. Et puis, au fil des mois, j’avais fait le tour de mes proches, mais l’envie d’écrire, de créer, fût plus forte que je n’aurais pût l’imaginer. Créer est une drogue, créer c’est la vie, créer c’est toute ma vie. Alors je me suis mis à inventer des personnages, des situations, des mondes (mince la schizophrénie). Et bon gré, mal gré, j’ai atteint trente cinq mille connexions chez Pilou. Cela représentait pour moi une satisfaction d’avoir fidélisé et aussi attiré des personnes, de tout âge et de tout milieux sociaux confondus, qui comprenaient mes colères ou mes sentiments. Qui captaient ma sensibilité. Et ça, croyez moi, tous mes amis blogueur vous le diront, ça vaut toutes les merveilles du monde.

Blanche de Rome. dans pilou happy foule

 

Et puis, poussé par cet élan créatif, arrivât ce qui devait arriver. Mr Pilou – l’homme au plus de deux mille concerts – qui avait raccroché les instruments à leurs stands à la fin d’un concert mémorable au zénith de Paris (là j’me la pète et je vous assure que j’en suis très fier), je disais donc, mr Pilou, le blasé du show biz, le rescapé d’une vie dissolue, trouvât un second souffle. A la manière d’un coureur cycliste mais pas avec les même produits. Il changeât les cordes de sa guitare, dépoussiérât la caisse, et se mît à plaquer quelques accords mineur, puis il se risquât aux majeurs. Quelques jours après, naquît une chanson, un beau bébé de 3 minutes 50. Encouragé par cette déconcertante facilité à créer (et ça je te le dois mon cher blog), Mr Pilou enchaînât les mélodies, pris sa plus belle plume et la laissât trainer au gré de ses rencontres.

Car il s’agît bien de rencontre. Un art est de toute manière un lieu de rencontre. Ma plus belle rencontre de cette année, dans le domaine de l’art bien sûr, fût sans aucun doute Anaëlle. Alors en ce jour de blogiversaire, ce jour exceptionnel pour la complainte de Mr Pilou, je vais faire quelque chose de très vilain (j’ai le droit c’est mon blogiversaire). Il y à quelques temps, sur ce petit blog chéri, j’ai créer un personnage qui se nommait Birdy. Le lendemain, Anaëlle se présentât avec Lucia (c’est le nom de sa guitare, à la manière de BB King), elle plaquât quelques accords et l’idée d’y faire apparaitre Birdy dessus me parût incontournable. De là, est né notre première composition commune.

Alors aujourd’hui, je vais faire quelque chose de vilain disais-je, la chanson en est au stade primaire, le son est pourri (enregistrer en web cam), mais je vais quand même vous l’offrir pour vous remercier tous (collègues blogueur ou simple lecteurs), de votre si grande gentillesse, intelligence ou compréhension. Quand je disais vilain, je pensais à Anaëlle qui, bien sûr n’est absolument pas au courant que je vais oser vous montrer ces images de répetition. Il est vrai que ça équivaudrait à un peintre de montrer ses croquis avant d’y imposer ses couleurs. Mais que diable, je suis un punk qui c’est reconverti à la chansonnette, certes, mais je garde cet esprit anticonformiste. Et après tout, on montre bien les echographies à ses amis durant la grossesse. Alors Anaëlle ne m’en voudrat certainement pas d’avoir fait le paon auprès de mes amis avec le cliché de notre premier vrai bébé.

On l’à nommé Birdy, et ce sera, j’espère, le premier d’une longue série. Soyez indulgent, ce bébé est si jeune …

http://www.dailymotion.com/video/k2iVUmHXOk0tSh17Bbf
 

Petit, petit, petit.

 

Avez vous déjà essayé de taper : trou du cul du web sur google ? Faite le, et offrez moi votre réaction à chaud !!

 

Petit, petit, petit. dans pilou happy arton7446-429ab

les points sur l’été.

C’est l’été, avec sa cargaison de belles filles dénudées, de coups de soleil et de peaux brûlées. De verres de rosé sur le bord de la rivière car nos plages sont envahies d’une horde de mutants travailleurs vacanciers qui ne ratent pas une seconde de soleil azuréen. Je les comprends, même si j’ai du mal à supporter leurs manières parfois. L’ambiance est légère comme un morceau de Voulzy ces temps-ci, je me promène de pique nique en concerts, les amis du Nord descendent nous voir, les cigales bercent mes siestes endiablées. Une cigale s’est même posée sur moi hier, de la à y voir un signe, mr Pilou n’a fait qu’un pas. C’est la première fois qu’une anecdote pareil m’arrive, d’ailleurs, je n’ai jamais entendu quiconque me parler d’une telle histoire. Alors, puisque c’est l’été, que ma colère est apaisée momentanément, écrasée par la chaleur du soleil, je vais m’accorder le luxe de croire. De croire que cela porte chance. Merci de m’avoir choisi mademoiselle Cigale, et promis, si la chance arrive, je penserais à ce moment le restant de ma vie.

http://www.dailymotion.com/video/x5zoa7

Décider plein la tête.

 

chezpilou.gif

 

J’ai décidé d’arrêter de fumer… Mais je n’y arrive pas encore.

 

 J’ai décidé de me persuader que j’étais mignon … et ça marche.

 

 J’ai décidé de ne plus faire semblant de m’intéresser aux idées de gens que je trouve con … ça fait du bien.

 

 J’ai décidé de partir quelques semaines sur Paris … c’est pour bientôt.

 

 J’ai décidé de ne plus vieillir … je n’ai même pas tenu une seconde.

 

 J’ai décidé mais je n’ai pas de pétrole … ben dit donc elle est bonne celle là.

 

J’ai décidé que je ne voterais jamais à droite … mais c’est pas nouveau.

 

J’ai décidé de me remettre un peu au rock … faith no more à rock en seine.

 

J’ai décidé de ne plus changer … mais c’est impossible.

 

J’ai décidé de trainer mes pompes d’ici deux ans au Sénégal … et de demander à Natty d’être mon guide.

 

J’ai décidé d’emmener art souille à Marrakech … surement en septembre.

 

J’ai décidé d’écrire une nouvelle chanson … c’est une commande.

 

J’ai décidé d’aller voir Deep Purple … à la fête de l’huma.

 

J’ai décidé de redécouvrir ma région … et ce, dès cet été.

 

J’ai décidé de décider … en route.

Décider plein la tête. dans pilou happy decider-387854

A populu fattu, bisogna a marchjà.

 

blogenpause.jpg

 

Si vous cherchez Mr Pilou cette semaine, il sera sur son ile préférée.

Je reviens avec un tas de bonnes choses à vous raconter, promis…

 

 

A populu fattu, bisogna a marchjà. dans pilou happy 36452064.PICT1608

Je serais là demain soir … Les iles sanguinaires.

Par toutatis.

 

 

asterixencorse.jpg

12345

MAUX |
Une voix dans ma tête |
News tunisienne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | le routar de sl
| AfricaDelice
| LAURALINE