Archives pour la catégorie pilou Nissart

Bob l’éponge.

Mettre une casquette pour prendre une casquette, ce fût ma devise ces derniers temps. Alors je dis chapeau, j’attends cette pluie d’été, annonçant, de leurs humides larmes, l’automne de toute les mélancolies. Le couvre chef bien vissé sur la tête, je profite joyeusement de cette plénitude estivale. Je transforme – à ma guise – le soleil en rêve, véritable ombre de lumière. Le chapeau de mon melon bien juteux se prend pour un haut de forme, provoquant les Arlequins qui ne tiennent pas deux rounds, je suis un casque bleu azur … Mais qu’est ce que j’ai mal aux cheveux !!

 

cheveux.jpg

Décider plein la tête.

 

chezpilou.gif

 

J’ai décidé d’arrêter de fumer… Mais je n’y arrive pas encore.

 

 J’ai décidé de me persuader que j’étais mignon … et ça marche.

 

 J’ai décidé de ne plus faire semblant de m’intéresser aux idées de gens que je trouve con … ça fait du bien.

 

 J’ai décidé de partir quelques semaines sur Paris … c’est pour bientôt.

 

 J’ai décidé de ne plus vieillir … je n’ai même pas tenu une seconde.

 

 J’ai décidé mais je n’ai pas de pétrole … ben dit donc elle est bonne celle là.

 

J’ai décidé que je ne voterais jamais à droite … mais c’est pas nouveau.

 

J’ai décidé de me remettre un peu au rock … faith no more à rock en seine.

 

J’ai décidé de ne plus changer … mais c’est impossible.

 

J’ai décidé de trainer mes pompes d’ici deux ans au Sénégal … et de demander à Natty d’être mon guide.

 

J’ai décidé d’emmener art souille à Marrakech … surement en septembre.

 

J’ai décidé d’écrire une nouvelle chanson … c’est une commande.

 

J’ai décidé d’aller voir Deep Purple … à la fête de l’huma.

 

J’ai décidé de redécouvrir ma région … et ce, dès cet été.

 

J’ai décidé de décider … en route.

Décider plein la tête. dans pilou happy decider-387854

Carnaval.

Ce week-end à Nice, c’est Carnaval…

 

Carnaval. dans pilou Nissart carnaval-nice-b

EXPOSITION FUTUR ANTERIEUR AU MUSEE DE CIMIEZ.

Futur antérieur est une exposition d’archéologie fiction dans laquelle des scientifiques du 5e millénaire décryptent le fonctionnement de notre société actuelle par le biais d’objets usuels constituant notre quotidien et qui, 2000 ans plus tard sont devenus des vestiges peu lisibles : lecture d’un tag laissé sur un fragment de béton intitulé « fragment de fresque » ou encore nain de jardin « statuette d’homme avec gobelet à libation »… Cette exposition pose un regard humoristique sur les réflexions des archéologues et interpelle le visiteur avec convivialité et humour sur la relativité de la démarche scientifique. Elle tente de répondre modestement à la question « que restera-t-il de notre monde dans 2000 ans ? » et propose un petit exercice d’humilité autocritique sur l’interprétation archéologique et la muséographie.

J’ai beaucoup ri face à des oeuvres tels qu’un disque dur, rouillé par 2000 ans d’érosion ayant pour intitulé : Maquette d’une ville du XXI eme siècle. Ou encore ce casque militaire qui devient un couvercle de casserole aux yeux des personnes des années 4000. Situé au milieu des ruines romaines, cette expo nous fait prendre conscience de certaines choses. La question est posée, que comprendraient de notre société d’éventuels archéologues futurs, s’ils travaillaient comme ceux d’aujourd’hui ?

Cela met en lumière les difficultés de l’interprétation archéologique, fondée sur des sources résiduelles donc aléatoires. Cela met aussi à l’épreuve une méthodologie qui, même rigoureuse et logique, aboutit parfois à des conclusions erronées. Cette expo illustre l’illusion d’une muséographie qui transforme l’objet trivial en une oeuvre précieuse. Une autocritique très amusante qui démontre que l’archéologie, qu’elle porte sur le passé ou le futur, se conjugue toujours à l’imparfait. Mr Pilou a adoré …

 

EXPOSITION FUTUR ANTERIEUR AU MUSEE DE CIMIEZ. dans pilou curieux nice-news-4429

Vivement que les cigales reviennent.

 

chezpilou.gif

 

 

Dans mon quartier y’a le buraliste, un mec froid avec son langage direct. ça change souvent de personnel, doit pas être commode le bougre, lui ou sa femme qui gère le bar. Malgré tout, et ça fait neuf ans que je suis installé ici, sa nouvelle employé connaît exactement la marque de cigarette que je prend (oui je sais, fumer c’est pas bien et je vais mourir dans d’atroces souffrances). Je ne sais pas si elle est « briffée » à l’embauche, mais j’avoue que ce geste me touche. J’ai moins l’impression d’être pris pour une vache à lait, il m’arrive même parfois de m’accouder a son zinc et d’y boire une ou six bières selon le temps (oui je sais, boire c’est pas bien et je vais mourir dans d’atroces souffrances). Il pense que je suis intermittent du spectacle, alors il m’appelle comme ça : tiens v’la l’intermittent. Toujours très fort, pour que tout le bar en profite. Il faudra que je lui dise un jour que je ne suis pas intermitteux du spectacle. Bah, je crois qu’il s’en fout en fait. Il doit aimer mon coté rebelle et mon sens de la réparti car il se prend sa pause à chaque fois que je viens ou presque. Il discute de tout et de rien, il aime brocarder les gens, et il sait que je suis un bon collègue. C’est agréable mon quartier.

Dans mon quartier y’a le monoprix. Le magasin le plus cher du monde. Ils ont bien assimilés le concept de leur enseigne. Un seul prix, mais toujours le plus onéreux. Avec son lot de caissières habituel, toutes aussi souriantes les unes que les autres. Faut dire que bosser en écoutant radio monop’ toute la journée ça doit pas aider. Ajoutons à cela les deux ou trois braquages à main armé annuels, ça calme. Ceci-dit, je m’y plait dans mon p’tit monop’, les vigiles me disent bonjour, certaines caissières me sourient et même parfois essaient de me charmer. C’est tout de même plus agréable que les hypermarchés entièrement déshumanisés qu’on nous propose. Et puis leur pain est tellement bon (oui je sais, manger c’est pas bien et je vais mourir dans d’atroces souffrances). Alors on dira que je paie cher, mais que j’ai la qualité d’un certain savoir vivre. C’est agréable mon quartier.

 

mangabencagaben.jpg

 

Dans mon quartier y’a le kiosque à fruits de mer. Attention, là c’est du lourd. Amis touristes, si un jour vous venez visiter Nice, c’est ici qu’il faut venir. Il y a dans ce petit kiosque, les deux irréductibles Niçois les plus rigolos que la cité des aiglons aient connu (bon à part peut être son nouveau maire, mais ce n’est pas le même registre d’humour). Vêtu de leurs tabliers d’écailleurs, ils enchaînent taillage de costards sur taillage de costards. Et parfois, les soirs de matchs au stade du Ray, ils se parent de rouge et noir pour rejoindre le kop niçois qui se nomme bsn85. Ils en sont les instigateurs, les figures. Ce sont les stars du stade (oui je sais, un kop c’est pas bien et je vais mourir dans d’atroces souffrances). Ces types là, sont en parti responsable de mon attachement à cette ville. Je les ais connu le jour de mon arrivée ici, et depuis on est toujours resté amis. Sauf peut être un certain matin ou l’un des deux irréductibles à voulu me tirer du lit alors que je ne dormais que depuis deux heures, passons. J’aime passer un moment avec eux sur ce trottoir, à parler de tout et de rien, à s’envoyer des vannes d’adolescents que nous resterons toujours. C’est agréable mon quartier.

Dans mon quartier y’a les arènes gallo romaines. Avec son monastère fleuri de rose et son oliveraie. Immense parc couvert d’olivier adjacent a des ruines de thermes romains. C’est mon petit refuge de verdure, il m’arrive souvent d’y flâner, au chant des cigales, avec mon bouquin et un petit buzz de ma verdure (oui je sais, fumer c’est pas bien et je vais mourir dans d’atroces souffrances). Il m’est arrivé, parfois, d’y entendre les moines chanté leurs cantiques. C’est un peu hors du temps, peut être est ce pour cela que les peintres Matisse et Raoul Dufy ont voulu s’y faire enterrer. J’aime me recueillir sur leurs tombes. Avec ma muse, jadis aussi. L’endroit est calme, une colline dominant la méditerranée. C’est agréable mon quartier. C’est toujours un peu l’été …

 

mosaquecimiez.jpg

Adam + Eve.

 A l’occasion de la sortie de son dvd, je ne peux m’empêcher de vous faire partager le travail de mon ami réalisateur Stéphane Lionardo. Quoi de mieux qu’un bon vieux teaser pour vous donner envie de l’acheter. Bravo mon pote, tu sais comme on t’aime au pays, vivement la prochaine chouille ensemble. La clef de notre amitié on ne l’avalera jamais nous. Mais bon, la prochaine fois tache de donner un nom comme mr Pilou à ton personnage, parce que Chris hein …. (private joke)
http://www.dailymotion.com/video/k1rA5bjJeWi6HlVhgh

 

adameve.gif

Didier Super sur la croisette.

Il commence fort, un spectateur prend une photo, il se lève et lui crache dessus. Un autre commence a frapper dans ses mains au début de la chanson, il stoppe tout. L’interpelle : _ Tu ferais mieux de te concentrer sur les paroles parce que chez moi, il n’existe aucunes règles de rythmique. La petite Mjc Picaud de Cannes est pleine à craquer. cet endroit mythique ou fût tourné la vidéo live de Money Lisa.

Didier Super débarque à Cannes !! Attention ça taille. _ Oh les gars, vous pensez pas que je vais passer ma vie à jouer dans les MJC pauvres des villes riches. Le public est conquis d’avance, j’en fais parti. Il ressemble à un Coluche qui aurait mangé un punk. T-shirt trop court laissant dépasser un ventre digne d’un supporter du Bayern de Munich, bermuda en jean, Mr Super est au top de son art. Un concert sans musique, ou presque. Il ramasse sa guitare qui traîne par terre, se fabrique une lanière avec un vieux rouleau de Scotch marron. C’est parti.

1h30 de partage anarcho bordélique. Tout y passe, tout le cirque mondiale est mis (plus ou moins) en scène. Son personnage est incisif, quelques gitans dans la salle pensant être dans une manifestation d’étudiants commencent à être un peu lourd, peu importe, il quitte la scène pour les rejoindre et leurs dire qu’ils sont trop cons. Je m’en étais occupé juste avant, lorsque pendant la première parti d’un ami (Alex Lemerde), ils avaient confondu salle de spectacle et café du coin. Pas grave, les voila humiliés et ils n’ont même pas compris que ce spectacle caricaturait leur beaufitude.

Les pauvres, les arabes, les enfants de la chine, les handicapés, toutes ces minorités sont brocardées par Didier Super. C’est parfois très violent, mais on en redemande. Un personnage, ma foi, pas très loin de la réalité. On se croirait sur un forum de 20 Minutes, le site de pseudo information pour décérébrés. Finalement, il fait réfléchir ce clown tout droit sorti de ça. Je ris durant tout le spectacle et entonne avec lui et toute la salle L’internationale. Histoire de savoir, avec qui il a partagé ce spectacle. Il est rassuré, la salle entière reprend cet hymne révolutionnaire qui commence ainsi :

Debout ! les damnés de la terre, debout ! les forçats de la faim. La raison tonne en son cratère, c’est l’éruption de la fin… Merci pour ce bon moment Didier Super !!!

http://www.dailymotion.com/video/k2gVImdL2cUzQzdUC9

bah quoi ?

2001648265711897982fs.jpg

Nice people.

Les impôts locaux de Nice vont augmenter de 15 %. Son maire (UMP), Christian Estrosi, ancien sportif, l’a annoncé aujourd’hui. Il justifie cette augmentation, mettant en accusation l’ancien maire (UMP), Jacques Peyrat, avocat de Spaggiari (le casse du siècle) et grand amateur de musique militaire. Apparemment, celui ci aurait fait tourner la baraque Niçoise à crédit. Selon les propos d’Estrosi en tout cas. Parallèlement à cette annonce, la Mairie de Nice vient d’investir 100 millions d’Euro dans une campagne pour une CANDIDATURE aux jeux olympiques d’hivers de 2018. Une candidature, juste une putin de candidature qui n’a même pas toute ses chances d’aboutir. Certes, si cette candidature abouti, cela amènera certainement beaucoup à la ville. Mais je trouve le pari un peu osé, quand on se permet d’augmenter les impôts de 15 % pour rétablir le budget de la ville. Si il ne vous reste que 20 euros pour finir le mois, vous tenteriez de les dépenser dans un jeu de hasard vous ? moi non. Mais comme ce Maire est un assidue de sport, un ami proche du président Sarkozy, ou l’on pratique la démesure avec la même énergie que nous dépensons la notre à boucler nos fins de mois, Il ne faut pas s’étonner de le voir se faire plaisir au frais du contribuable. Pendant ce temps là, ses citoyens ne peuvent pas se loger correctement dans sa ville. Les logements sociaux sont inexistant. C’est d’ailleurs sa femme qui s’occupe de ce domaine à la Mairie. Elle faisait d’ailleurs parti de l’ancienne équipe municipale mis en accusation par son mari. Ainsi que huit autres de ses adjoints et conseillers municipaux actuel. On va dire que je suis râleur, mais franchement, y’a pas foutage de gueule là ?

 

Nice people. dans pilou Nissart 2_clowns_pastel

L’eau aime le pastis.

J‘aime bien le Dimanche soir, j’ai remarqué que c’était un soir propice à l’écriture, alors j’aime me placer devant ma pensine (petit surnom que j’ai donné a mon blog) et y déversé toute mes expériences de la semaine. J’aime ces moments de solitude avec moi même, de pouvoir prendre le temps d’analyser chaque moment et événement que j’ai pût vivre dans ma semaine.

Le plus marquant étant ma soirée au stade vélodrome de Marseille pour la rencontre de football OGC Nice/Marseille. C’était la première fois que j’assistais à un match au Vélodrome. Et oui, mr pilou aime le foot et se rend souvent au vieux stade du Ray qu’il adore, mais n’est pas un supporter acharné qui effectue les déplacements à l’extérieur. Mais bon là, c’était différend. Premièrement, je voulais assister à un match dans ce stade pour y connaître l’ambiance et deuxièmement mon équipe fétiche y était à l’affiche. Alors, j’ai accepté l’invitation de mon frère qui avait des places gratuites en loge. Bah ouais, passer 2 heures dans un kop, avec un mec bourré a droite qui te dégueule dessus, un mec à gauche qui te chope le bras toute les dix minutes en te faisant bien comprendre qu’il serait de bon ton, de dodeliner de la tête en braillant à tue tête, qui ne saute pas n’est pas Niçois. Et dans le même temps, un troisième, derrière, sui te met le feu a tes cheveux parce qu’il est vexé que tu ne lui ai pas dit bonjour (si, si, ça m’est arrivé). C’est pas trop trop mon truc. Alors l’attrait de son invitation se présentait donc dans le mot magique : loge.

Départ de Nice, arrêt a Draguignan pour y récupérer mon ogre (surnom donné a mon pote), arrivé Marseille, parking de castellane, a deux station de la ligne rond point du prado. Et oui, se garer à proximité du stade quand on est immatriculé en 06 et non 13 (petit cour de code postal, si ça avait été Lyon j’aurais pût dire 69, euh, enfin vous m’avez compris), représente évidemment le risque de te retrouver avec une compression de Cesar (qui lui est Marseillais) à la place de ton véhicule. Oui je sais c’est très con, mais le foot n’attire pas que des prix nobel, sinon Zidane (un autre Marseillais), n’aurait pas fait cette carrière qu’on lui connais.

Revenons à plus belle la vie. Dix minutes de métro interminable entouré de supporters marseillais. Mais qu’est ce qu’il tire la gueule ces Marseillais !!!! c’était d’une tristesse Zolesque (je sait pas si ça se dit ou si je l’ai inventé). On dirait des poilus partant au front. Pas un poil d’humour, pas un sourire, pas même une fraternité entre eux dans ce satané métro. Ce fût mon ressenti le plus fort dans ce début d’exploration en terre inconnue. Jusqu’alors, je n’y vois aucune différence avec leurs homologues Parisiens : Ils vont au match en faisant la gueule dans le métro. Quelques fouilles au corps plus tard nous entrâmes dans l’enceinte. Tribune Jean Bouin, j’en déduit que c’est sans doute la plus ancienne, puisque seule à être construite en Béton. Nous prenons place, tiens c’est sympa le petit coussin sur le siège, mais de toute manière, je passe la plupart de mon match debout au grand dâme de mes voisins de derrière. Dix huit heure, nous décidons de nous rendre au salon nous restaurer. Imaginez vous, des tables remplis de mets aussi délicieux les uns des autres (bravo le traiteur), et bien sûr … l’open bar. L’erreur !! Première faute Marseillaise, laisser rentrer des Niçois dans un endroit ou l’alcool et le champagne sont à volonté.

L’arbitre siffle le coup d’envois du match, nous sommes affalés sur nos petits coussins de supporter bobo. C’est ridicule, je m’en aperçois, mais qu’est ce que c’est bon d’être confortablement installé. Les supporters Marseillais crient pour la libération de Santos, un des leur, récemment condamné par la parodie de justice espagnol, à trois ans et demi de prison, pour avoir jouer du coude lorsque ces incapables de flics, ont chargés sans raison le kop Marseillais. Aussi incapable en Espagne qu’en France à gérer des événements qui attirent des foules. Ajoutez a cela, un racisme anti-Français primaire qui règne de plus en plus en territoire ibérique (je le ressent parfois quand je vais à Barcelone), et vous obtenez un pauvre type, qui se prend presque quatre ans d’emprisonnement, pour le simple délit de s’être défendu contre ces décérébrés matraqueurs. Pas un membre du gouvernement n’a pour l’instant réagis à ce scandale, à quoi ça sert d’avoir pris un franchouillard rugbyman aux sports si il n’intervient pas en haut lieu pour une véritable justice d’un de ses concitoyens. A quoi il sert ce Laporte, sa fonction ressemble de plus en plus a un emploi fictif.

Mais revenons au pré, et à ses moutons. Le temps de digérer les dernières crevettes (succulentes) du buffet, que Nice perd déjà 2/0. La mi-temps est sifflé ainsi que quelques verres en loge (mon ogre à épuisé les stocks de champagne). Nous revoilà, ragaillardis par le buffet (chinois) dressé pendant la pause. Nous avons pris possession de la tribune dès le premier but somptueux (comment ça mauvaise foi) de notre équipe fétiche rouge et noir. D’ailleurs au sujet des couleurs, comment les marseillais peuvent supportés un maillot aux couleurs si particulière (bleu fadasse, blanc et … Orange), on peut être fan de foot et garder un minimum de bon gout que diable. Nous attendons un deuxième but de Nice qui ne viendra jamais, la barre transversale en ayant décidée autrement. Coup de sifflet final, métro plein de Marseillais ayant repris leur tronche de Parisiens, parking, autoroute, panneau Nice/côte d’Azur. Nous avons gagné le championnat des tribunes privilèges. Nous avons passé un très bon moment. J’espère juste que la bonne mère ne prend jamais le métro pour aller sur la plage du Prado.

 

L'eau aime le pastis. dans pilou Nissart compression-plate-cesar-1970_reference

123

MAUX |
Une voix dans ma tête |
News tunisienne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | le routar de sl
| AfricaDelice
| LAURALINE