Archives pour la catégorie pilou raleur

Albinos en Afrique.

En Octobre dernier, Tchitchi et moi même, avions décidé de parler d’un problème dont les médias n’avait pas encore fait écho. En tout cas en France. Je me permet donc de vous remettre l’article que j’avais publié chez tchitchi par soucis d’information.

un problème de nouveau d’actualité en Afrique qui se traduit par le massacre d’hommes, de femmes, voire même, comme en juillet dernier, d’un bébé albinos de sept mois, mutilé sur ordre d’un sorcier. Cela se passe particulièrement dans les régions minières et les villages de pêcheurs de Mwana, sur les bords du lac victoria en Tanzanie. Pays à forte population albinos, un recensement actuel tente de vérifier le nombre avancé de 173 000. Mais aussi au Burundi, ou les albinos sont désormais considérés comme des sources de revenus dans ce pays où quelqu’un peut tuer pour 10.000 francs (burundais, sept euros). Les Autorités de ces pays font ce qu’elles peuvent pour tenter de les protéger mais les policiers se font facilement soudoyés pour fermer les yeux de ces pratiques barbares et d’un autre temps.

La cause

Aussi incroyable que cela puisse paraître,ces massacres sont pour la grande majorité, dictés par des sorciers ou guérisseurs, qui ne sont, en définitif, que des charlatans dans une chaîne de trafic d’organes. Une croyance aussi ancestrale qu’absurde, affirme que le sang et les membres de personnes atteintes d’albinisme seraient censés apporter l’argent. Une jambe arrachée à un pauvre bébé, posée sur une mine aurait pour effet de faire remonter tout l’or qu’elle contient. Il n’y aurait plus qu’a se baisser pour le ramasser. Les bras et les jambes des Africains dont la peau est blanche sont censés attirer l’or. Des pêcheurs les utilisent pour appâter de gros poissons qui ont de l’or dans leur ventre. Du pure délire.

Les faits

Le 22 septembre, Spès, une jeune de fille de 16 ans, était assassinée dans son village de Nyabitsinda puis démembrée, ses bourreaux emportant bras et jambes. C’est le sort qui fut réservé à 25 autres personnes atteintes d’albinisme en Tanzanie. Ce phénomène c’est étendu au Burundi, ou le taux d’alphabétisation est très bas, de la à y voir une cause a effet, il n’y a qu’un pas que mr Pilou s’empresse d’emprunter. Rajoutez a cela, une rumeur circulant que chaque corps d’albinos rapporte 590 000 francs dans un pays ou la misère accable tout un peuple, au point de leur faire perdre tout sens des valeurs fondamentales humaines, et vous obtiendrez une population chassée, traquée, pour être assassinée et mutilée par leur propre frère.

La réaction

Le parlement Européen c’est félicité (et oui il se félicite eux) de la promesse du Président de la Tanzanie, Jakaya Kikwete, de tout faire pour mettre un terme à ces crimes et de sa décision de nommer Mme Al-Shymaa Kway-Geer, première membre albinos du Parlement. Tout en saluant les mesures prises par le gouvernement tanzanien, la résolution appuie la demande de députés tanzaniens réclamant de plus amples mesures pour s’attaquer aux racines du problème et mettre un terme à l’ensemble des discriminations visant les albinos. 173 personnes soupçonnées d’être impliquées dans l’assassinat d’albinos ont été arrêtés mais aucun jugement n’a été jusque là rendu. Le parlement Européen c’est une nouvelle fois félicité de l’arrestation mais ne fait aucune pression allant dans le sens d’accélérer les procès afin d’obtenir une jurisprudence. Quand on croit qu’un bras d’enfant va ramener de l’or, on craint une lourde peine d’emprisonnement à vie. Cela paraît tellement logique.

Les gens.

transpotting.jpg  Le beau temps est revenu. Ce ciel azur, cher à Matisse a réapparut. Effaçant un peu la morosité ambiante. Depuis quelques jours, ma réflexion se porte sur les gens. Les gens qui m’entourent, les gens dans la rue, les gens dans le monde. J’ai remarqué que ma première réaction lorsque je pense un peu au monde qui m’entoure et aux gens qui le font, était l’agacement. Les gens m’énervent de plus en plus.

Cette médiocrité de la masse m’irrite de plus en plus. Non pas que je devienne aigri, j’ai fort heureusement, de nombreux amis aptes a me réconcilier avec la société. Mais je commence à éprouver du dédain envers ses gens qui ne réfléchissent plus, qui par fainéantise préfère vivre comme des moutons plutôt que d’oser faire marcher leurs propres analyses réfléchis. C’est médiocre…

La France est malade, c’est une grosse dépressive. Elle passe son temps à râler, à vivre dans son passé. Son emblème est un coq, le seul animal capable de chanter les pattes dans la merde, tout un symbole. Sa population est finalement à son image. J’ai pas mal bougé ces dernier temps, et l’exercice d’un blog à développé chez moi une faculté d’observation et d’analyse que j’ignorais avoir. Enfin, je pense que je ne voulais surtout pas voir la médiocrité ambiante de cette société surtout. Sûrement pour m’éviter des irritations tels que j’ai vécu ces derniers temps.

Regardons simplement les blogs qui fleurissent tel que le miens, les nôtres même, cher confrères/soeurs bloguiens. C’est incroyable le nombre de déprimé(es) que peut contenir cette blogosphère. Toutes ces « princesses » en manque d’amour qui rejettent systématiquement la faute sur les autres. Ou celles qui prônent bien haut qu’elles sont amoureuses, heureuses d’avoir trouvé l’amour mais qui ne peuvent s’empêcher de trouver un autre prétexte pour pouvoir se plaindre de la vie. Alors ça peut être une haine aveugle d’un ex, vous savez ce salaud qui ne la méritais pas, enfin je veux dire, ces salauds, car forcément dans toute sa splendeur de dépressive chronique, elle s’envoie en l’air régulièrement. Le plus souvent avec des crétins dotés de neurones phalliques. Mais comme elles n’assument pas leurs faiblesses, elle s’en prennent toujours au plus gentil, celui dont elles savent qu’il ne fera pas d’esclandres.

La médiocrité est partout, les gens se mentent, les gens ne prennent plus le temps d’analyser le monde ou l’on vit. Ils se replient sur eux même, leurs familles et leurs proches, quand ils en ont encore. Ils deviennent égoïstes, introvertis. Ils sont tous simplement bien seuls. Enfin non, pas sur la blogosphère, ils trouvent toujours des gens fascinés par le malheur (spécialité Française), pour les plaindre : « Oh, mais t’en fait pas ma princesse, les hommes sont des salauds. » ou bien « t’inquiète mon pote, ce sont toutes des salopes. » Ah la philosophie bloguienne !!

Alors sont-ils responsable de cela ? Personnellement je ne le pense pas. Cette société si bien bâtit par nos collets montés brouille la conscience. Il suffit d’allumer la boite a con pour y regarder les informations, de prendre du recul, et de comprendre pourquoi nous en sommes arrivé là. L’humain est possessif, cupide, avide de pouvoir. Il souffre de cela, en est souvent victime, mais dès qu’il s’en sort, il devient à son tour le bourreau de l’autre, du plus faible. Gravir les échelons sociales reste son principal cheval de bataille. Alors on écrase, on humilie les plus faibles, on oublie d’où l’on vient. On se sert souvent de l’autre aussi, on lui pompe son énergie quand on est au plus bas, on remonte, et on fini par cracher sur celui qui t’as tendu la main pour sortir la tête de l’eau. L’humain est mauvais, les princesses bien seules …

Il se passe quelque chose de bien moche au royaume de l’amour.

photoartsouille2001.jpg

Toile de mon ami art souille.

Mr le président.

Je vous fais une lettre, que vous lirez peut être, si vous avez le temps. Boris Vian convient tout à fait à mon introduction. C’est en effet au président Sarkozy que je m’adresse. Cet homme n’a plus que quelques jours pour tenir sa promesse qu’il avait tenu le dix huit Décembre 2006. Il nous avait donné, à cette époque, rendez vous dans deux ans. Affirmant que si il était élu – et il le fût – plus aucune personne ne dormiraient dehors. Plus aucun sdf en France. A l’époque, un sourire nerveux m’avait envahie naturellement. Des millions de personnes tombèrent dans le panneau de cette fumisterie. Il faut dire (vidéo a l’appuie), que sa prestation est digne de l’actor studio. Du grand Art !!

Seulement voilà mr le président, vous avez échappé à votre bilan catastrophique en qualité de ministre de l’intérieur. Bien aidé, je vous l’accorde, par votre talent a endormir une majorité d’un peuple Français bien crédule et d’une presse bâillonnée volontairement par ses patrons. Vous ne pourrez échapper au bilan de votre poste de chef de l’état. Mr Pilou étant un fouineur professionnel de la toile, il vous a retrouvé le discours très touchant du candidat Sarkozy. Déclarant, la larme à l’oeil que : c’est tout l’équilibre de la société ou nous voulons que nos enfants vivent en paix qui s’en trouvera remise en cause si nous laissons faire ça. Il vous reste donc, mr Sarkozy, 35 jours, calendrier Aubade en main, pour équilibrer cette si belle société que vous nous promettiez. Va falloir se dépêcher, t’es à la bourre bonhomme. Ou serait-ce une filouterie de plus pour obtenir le pouvoir, vous qui y êtes accro comme un toxico ? Je n’ose y croire … hein !! emoticone

http://www.dailymotion.com/video/k67GnKq0OLayYE5Q12

Il faut libérer le blogueur Kareem Amer.

Deux ans, ça suffit !
Reporters sans frontières demande la libération du blogueur Kareem Amer

(JPEG)

Le blogueur égyptien Kareem Amer, 24 ans, condamné en 2006 à trois ans de prison pour “insulte à l’islam” et un an pour “insulte au président de la république” aura effectué la moitié de sa peine le 6 novembre 2008. Reporters sans frontières demande une fois de plus sa libération.

“Deux ans déjà et rien n’a changé. Sa famille n’est jamais venue le voir. Seule son avocate rapporte des nouvelles d’un moral qui s’amenuise de jour en jour et d’une santé fragile. Ses parents sans doute victimes d’intimidations, ont même publiquement désavoué leur fils et appelé à sa condamnation à mort. Depuis le 1er septembre, les gardiens l’empêchent de sortir de sa cellule. Deux ans, ça suffit ! Il est temps de le libérer”, a déclaré l’organisation.

Le 6 novembre 2006, Kareem Amer a été arrêté en raison d’articles qu’il postait sur son blog (www.karam903.blogspot.com), critiquant la dérive autoritaire du président Hosni Moubarak, ainsi que le fonctionnement de l’université sunnite Al-Azhar, où il étudiait le droit. Sur son site, il avait notamment mis en cause la politique de séparation des sexes en vigueur dans cette université. Il révélait également les pressions subies par certains religieux pour qu’ils soutiennent Hosni Moubarak.

(JPEG)

“Un an déjà et je suis toujours privé de liberté. La douleur de l’expérience m’a appris qu’aucun sentiment n’égale celui de l’injustice”, écrivait Kareem Amer, depuis sa prison, en septembre 2007. “Ennemis de la liberté, symboles de l’oppression [...], sachez que vos jours s’embrument déjà. L’aube des générations futures pointe. Demain nous appartient”, concluait-il.

A eux seuls, les blogueurs égyptiens représentent près de 30 % des blogueurs de la région. La plupart d’entre eux sont des défenseurs des droits humains, victimes de mesures de dissuasion toujours plus dures. L’Egypte figure en bonne place dans la liste des “Ennemis d’Internet” publiée par Reporters sans frontières. Depuis cet été, les blogueurs qui veulent avoir accès au réseau WiFi (Wireless Fidelity) doivent fournir leur adresse e-mail et leur numéro de téléphone portable avant de pouvoir accéder au World Wide Web. Ce sont des données précieuses pour les publicitaires, les spammeurs… ou les agences de sécurité.

Site de reporter sans frontière.

On se spam pas de rire.

Mr Unblog, vous pouvez pas faire quelque chose pour ces #*°°# de spams qui envahissent mon blog ?

 

On se spam pas de rire. dans pilou raleur spam641

Un peu de sociologie.

madeinfrance.jpg  Dans ce brouaha médiatico-politique dû aux sifflements de
la Marseillaise lors de la dernière rencontre de l’équipe de France de football face à l’équipe nationale de
la Tunisie, peu de (soi-disant) journalistes ont vraiment fait leur métier d’information. Préférant une nouvelle fois provoquer une polémique. La polémique devenant une discipline très prisée par les Français. Dans toute cette cohue stupide, relayée par un chef d’état bien heureux de pouvoir faire diversion des problèmes causés par la politique libéraliste et anarchique qu’il défend défendait naguère, un article sortait du lot. Une interview du sociologue Williams Nuytens qui résume à mon humble avis, ce cirque politico-médiatique de la meilleure façon possible. Le seul petit bémol à cet interview serait peut-être qu’il n’accorde pas d’intérêt aux sifflets qui ont retenti à l’encontre du joueur Ben Arfa. Mon ire étant déclenchée par ce problème justement. Mais en ce qui concerne son analyse globale, je la partage largement. Je vous invite donc à lire ses propos parus sur lemonde.fr : 

Pour Williams Nuytens, sociologue spécialisé dans les comportements des supporters à l’université d’Artois, il faut “refroidir” le débat entourant les sifflets qui ont accompagné
la Marseillaise, mardi au Stade de France, et ne pas y voir systématiquement une dimension politique.

Comment interprétez-vous les sifflets entendus au moment de l’hymne national avant le match entre
la France et
la Tunisie ? 

Williams Nuytens : “La première chose, c’est qu’il faut certainement distinguer plusieurs catégories d’auteurs. Selon qu’ils sont des supporters français, français d’origine nord-africaine ou tunisiens, le sens des sifflets n’est pas du tout le même. Ensuite, c’est également différent si c’est lié à des groupes de supporters, qui ont une stratégie et des raisons bien arrêtées, ou si ce sont des actes isolés qui ont pris une tournure collective dans le stade.

Et ensuite, en fonction de ces catégories, quelles conclusions peut-on tirer ? 

On ne peut faire que des suppositions. Il est possible que certains sifflent en raison de la manière dont sont gérés les problèmes qui entourent l’équipe de France de football. Ensuite, le fait qu’on siffle
la Marseillaise peut également être l’illustration qu’une partie de la population ne croit plus au capital symbolique que dégage l’hymne. Ces sifflets sont plus choquants parce que c’est dans un espace public, que c’est médiatisé, mais ça ne me choque pas plus, par exemple, que de manquer de respect à un porteur d’institution que peut être par exemple un instituteur.

Peut-on voir une dimension politique dans ces sifflets ? 

Il y a tout de suite eu la fabrication d’une dimension politique liée à l’intégration de certaines communautés. Personnellement, je trouve ça ridicule. Si le problème se pose, plutôt que de s’insurger, cherchons à savoir pourquoi ils ont parfois ces attitudes. N’oublions pas les supporters français qui sifflent pour des raisons qui n’ont rien à voir avec
la Marseillaise et sa représentation nationale, mais à cause de l’association qu’ils font entre
la Marseillaise et l’équipe de France. La première interprétation doit se détacher un peu de la polémique et la refroidir. Je reste persuadé que si c’est une autre équipe nationale, qui n’est pas nord-africaine, et qu’il y a des sifflets dans le stade, on ne polémique pas avec la même ampleur. C’est comme la banderole du PSG présentée au peuple du Nord. Beaucoup se sont insurgés, mais c’est une pratique très courante chez les supporters de jouer la provocation par l’intermédiaire des banderoles. Si cette banderole n’avait pas été présentée au moment où il y avait une sorte d’adoration pour la culture nordiste, ça n’aurait pas eu le même retentissement. C’est toujours une affaire de contextualisation.

Certains sifflets peuvent donc être dénués de tout fondement ? 

Il y a forcément une dimension récréative, de sociabilité festive. Je suis convaincu que certaines gens sifflent parce que c’est l’occasion de s’amuser, qu’il y a un jeu. Les supporters sont beaucoup dans une dialectique de la provocation, du jeu, de “l’intox”. Mais ensuite, on fait immédiatement un amalgame et l’on donne tout de suite une dimension politique à ces sifflets sans même savoir si c’est effectivement le cas.

A quel point le phénomène de groupe joue-t-il dans ce type de comportements ? 

Gustave Le Bon, quand il parlait au XIXe siècle de la psychologie des foules, disait qu’une fois qu’on est dans la foule, la conscience individuelle s’efface pour fabriquer une conscience collective. Il y a incontestablement un phénomène de masse. Je siffle l’hymne national, mon voisin siffle mon attitude. Vu de l’extérieur, les deux personnes sifflent pour la même raison, il se produit à chaud un amalgame, un traitement de toutes les attitudes de façon homogène.

Les commentaires et les actions politiques sont-ils donc disproportionnés ? 

Quand Nicolas Sarkozy reçoit Jean-Pierre Escalettes à l’Elysée, c’est une réaction à chaud aussi spectaculaire et emphatique que l’étaient les sifflets. Dans une stratégie de gouvernance, ça marque les esprits. Les mesures proposées sont assez symptomatiques de la manière avec laquelle on traite les supporters en France. On voudrait qu’ils soient de bons payeurs, de bons consommateurs de produits dérivés, qu’ils soient bien assis, qu’ils chantent quand on gagne, également quand on perd. Mais au stade, on n’est pas passif, c’est un des rares endroits où on peut encore manifester publiquement. Il ne faut pas s’en étonner.

Propos recueillis par Alexandre Roos

Touche pas à mon pote Français.

Je me suis senti partagé hier soir lors des hymnes nationaux de la rencontre sensée être amicale entre
la France et la Tunisie. Je me suis senti, d’un coup, pris d’un regain de nationalisme primaire l’espace de quelques secondes, touché par les sifflets des Tunisiens pendant la Marseillaise. Et ce n’est pas anodin. Je suis quand même à des années lumières d’un quelconque nationalisme. Citoyen du monde convaincu. Mais force est de constater, qu’hier soir, le comportement de ces personnes, vivant dans ce pays, qui ne comporte pas que du mauvais – loin de là – a été intolérable. Stupide et méchant.

Il est temps, en France, que les communautés fassent un peu le ménage dans leurs rangs. Il est temps que ce petit jeu, pratiqué par l’Algérie, le Maroc et maintenant la Tunisie s’arrête. Il est temps qu’un peuple Tunisien, vivant en France, quoi que ce pays ait pu  faire par son passé colonialisme, cesse de siffler un joueur né dans ce pays, de parents Tunisiens. Qui a, à un moment donné de sa vie fait un choix de porter les couleurs Françaises, SES COULEURS. Ben Arfa, parce qu’il s’agit de ce jeune homme, a été humilié tout le long du match par un public stupide, nationaliste et RACISTE !!!

En bon socialiste, celui de Jaurès pas l’actuel, je me suis battu toute ma vie contre le racisme. Participé à chaque fois que je le pouvais aux manifestations Anti raciste de touche pas à mon pote. Condamné mon peuple, de leurs actes odieux aux quatre coins du monde et notamment au Maghreb. Réclamé que l’on accueil dignement l’immigration dans ce pays afin qu’ils se sentent vraiment chez eux. Vingt ans plus tard, je vois un gamin qui représente l’idéal que je me faisais de l’immigration. Un “Ben Arfa” se sentant bien dans ce pays, se sentant Français sans renier son origine. Je vois deux équipes qui rentrent sur le terrain unies, amies !!

Et d’un coup, tout mon idéal s’effondre. Les opprimés que je défendais corps et âmes deviennent à leur tour des loups. Les “méchants” changent de camps. Les Hommes sont vraiment bêtes. Comment ce gamin, du haut de ses vingt ans, a-t-il pu prendre la chose ? Sifflé par quarante mille compatriotes du simple fait qu’il se sente Français. Qu’est ce que cette mascarade veut bien pouvoir dire ? Ils sont censés être eux même des Français, ils réclamaient cela. Je me suis battu pour eux, contre des colleurs d’affiches du FN et même contre des skinheads assoiffés de haine. Et voilà que ces gens, seraient près à lapider un compatriote bien intégré. Réveillez vous, ou vous allez devenir ce que jadis fût votre combat. Des racistes ultra nationalistes !!!

Amis Tunisiens du stade de France, vous m’avez gonflé hier soir !!!

frtunisie.png

Salaud de pauvre.

Besoin d’évacuer un peu. La conjoncture actuelle est difficile, je m’en réjouis. On commence à réaliser que cette économie est bancale et précaire. Pourquoi ? Car dorénavant la crise touche tout le monde, personne n’est à l’abri. Alors on voit ici et là, fleurir de nouveaux socialistes. Le président Sarkozy en premier. Comme c’est drôle. Perso, cette crise me réjouit car elle fait enfin prendre conscience aux gens que l’important c’est l’humain. Qu’on nous a menti depuis le début. Qu’une minorité de voleurs s’engraissent pendant que le petit peuple se disputent des miettes. On a l’air de vouloir sortir de cette idiocratie qui consistait par exemple, d’incriminer des cheminots qui se battaient pour leurs miettes en les traitant de preneurs d’otages. On est loin de l’engouement pour un beau parleur (Nicolas Sarkozy), qui nous expliquait, sûr de lui, qu’il fallait aider les investisseurs et les grandes fortunes, pour qu’ils n’aient pas envie de quitter ce beau pays du fromage et du pinard. Qu’on allait travailler plus pour gagner plus. Mais que si ça ne marchait pas, le premier responsable, le “grand voleur patron”, lui, partirait quand même avec son parachute doré. Plusieurs millions d’euros de prime … d’échec. Le monde se marche sur la tête. Les Etats Unis ont investi, pour sauver leurs banques, pratiquement autant d’argent qu’il ne faut pour régler une bonne fois pour toute la pauvreté dans le monde. POURQUOI ? A qui tout cela va profiter encore ? On se réveille un peu !!!

Cette crise ne me touche pas. Car je n’ai pas misé ma vie et mon bonheur sur la réussite sociale. Je l’ai misé sur la réussite humaine. La côte des marchés de l’amitié et de l’amour n’a pas baissé chez moi. Mon entreprise ne s’est jamais aussi bien comportée. Il faut dire qu’en ce moment, il vaut mieux avoir les bourses en action que des actions en bourse. Je n’ai rien à perdre dans cette crise, car je n’ai rien !! A mon tour de sourire devant la panique des petits épargnants, sans esprit de vengeance. Juste je souris. A mon tour de regarder ces égoïstes Français, qui ne pensaient qu’au profit. Qui incriminaient les chômeurs, les rmistes, les immigrés, bref, toutes les minorités de ce pays. Aveuglés par l’argent, ils n’ont même pas vu que c’était les grands groupes, les grosses fortunes, qui dirigeaient ce fiasco. Qui ruinaient des familles entières en délocalisant. Qui entretenaient la guéguerre des pauvres entre eux en semant le doute avec une carotte en carton. Jean Gabin à une réplique dans un film qui s’appelle : La traversée de Paris 

Elle reflète tout à fait l’état d’esprit de certains Français pendant la guerre mondiale. On en était pas loin, il y n’y a qu’un an de ça. Je vous invite à regarder ce très grand moment de cinéma Français qui se termine par un sublime : Salaud de pauvre !!

http://www.dailymotion.com/video/kwBm8bsM9ISwXzmP93

A celui qui m’a frac’ la caisse cette nuit.

asshole.jpg

French trainspotting.

transpotting.jpg    Choisir sa vie, son métier, sa femme. Lui faire un gosse, puis un autre. Puis la tromper, pour une autre, qui suce mieux. Ne plus fumer dans les endroits publics, interdit. Ne plus fumer chez soi, y’a les gosses. Acheter son gilet fluo, avec le petit triangle qui va avec, Danger. Passer à coté des parachutes dorés, trop con. En chier pour payer les couches du dernier, regarder les pingouins faire la fête … et rêver à la vie. Ne plus dépasser de cinq kilomètres heure les limites de vitesse, plus de points. De toute manière la caisse est en panne de finance. Attendre la prime de Noël pour pouvoir offrir une dinde fourrée aux impôts, à l’état Français. Vivre dans la peur de l’autre, chasser les sans papiers. Ne plus faire grève, ça prend en otage les moutons qui ont peur du loup. Devenir DRH, et faire du café à ce pauvre looser qui pleure la perte de son emploi. Regarder la guerre chirurgicale sur une chaîne privée, se dire qu’ils l’ont bien cherché. Être rassuré par un président, en duplex d’un yacht privé. Tomber amoureux et se faire humilier. Cracher sur les drogués, prendre son somnifère avant de se coucher. Maudire les mendiants qui polluent nos trottoirs. Boire à outrance le Samedi, être ignoble. Haïr les rmistes, qui profitent du social. Acheter un monospace, un écran plat, une wii pour faire du sport, des Nike. Mettre mémé dans un mouroir. Passer l’embrasser le jour de la fête des grands mères. Jurer sur le coran qu’on va lui niquer sa mère. Applaudir un Pape issu des jeunesses Hitlériennes. Mais s’indigner des sectes scientologues. Faut pas pousser. Regarder des tours s’embraser, des Rwandais se faire massacrer, des tibétains humilier, des Russes plonger dans la luxure. Mais s’émouvoir devant un Tapie réclamant 144 millions d’euros de dommage subi à son patronyme, synonyme de voleur. Savoir qu’une veuve, pleurant son mari, mort des suites du problème de l’amiante, ne touchera, elle, que quarante mille euro. Lire Guy Mocquet, et perdre. Ne pas comprendre qu’on siffle la Marseillaise. Quelle honte. Le pays des droits de l’Homme. Au nom si doux de : LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE.

Mr pilou  2008.
madeinfrance.jpg

 

123

MAUX |
Une voix dans ma tête |
News tunisienne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | le routar de sl
| AfricaDelice
| LAURALINE