Archives pour la catégorie pilou realiste

Et en cherchant son cœur d’enfant, on dit qu’on a toujours vingt ans ….

Image de prévisualisation YouTube

Pour tout bagage on a vingt ans

On a l’expérienc’ des parents

On se fout du tiers comm’ du quart

On prend l’bonheur toujours en r’tard

Quand on aim’ c’est pour tout’ la vie

Cett’ vie qui dur’ l’espac’ d’un cri

D’un’ permanent’ ou d’un blue jean

Et pour le reste on imagine

 

Pour tout bagage on a sa gueul’

Quand elle est bath ça va tout seul

Quand elle est moche on s’habitue

On s’dit qu’on est pas mal foutu

On bat son destin comm’ les brêmes

On touche à tout on dit: « Je t’aime »

Qu’on soit d’la Balance ou du Lion

On s’en balance on est des lions …

 

Pour tout bagage on a vingt ans

On a des réserv’s de printemps

Qu’on jett’rait comm’ des miett’s de pain

A des oiseaux sur le chemin

Quand on aim’ c’est jusqu’à la mort

On meurt souvent et puis l’on sort

On va griller un’ cigarette

L’amour ça s’prend et puis ça s’jette

 

Pour tout bagage on a sa gueul’

Qui caus’ des fois quand on est seul

C’est ç’qu’on appell’ la voix du d’dans

Ça fait parfois un d’ces boucans …

Pas moyen de tourner l’bouton

De cett’ radio, on est marron

On passe à l’examen d’minuit

Et quand on pleure on dit qu’on rit …

 

Pour tout bagage on a vingt ans

On a un’ rose au bout des dents

Qui vit l’espace d’un soupir

Et qui vous pique avant d’mourir

Quand on aim’ c’est pour tout ou rien

C’est jamais tout, c’est jamais rien

Ce rien qui fait sonner la vie

Comme un réveil au coin du lit

 

Pour tout bagage on a sa gueul’

Devant la glac’ quand on est seul

Qu’on ait été chouette ou tordu

Avec les ans tout est foutu

Alors on maquill’ le problème

On s’dit qu’y a pas d’âg’ pour qui s’aime

Et en cherchant son cœur d’enfant

On dit qu’on a toujours vingt ans …

Instant de vie.

          - Chérie, avez vous bien pensez à vous déshydrater ?

_ HOHOHO hip’s, ne vous inquiétez pas pour moi mon prince, blurp !

          – Dans ce cas, CHAMPAGNE darling.

_ Vous n’auriez pas plutôt une bière mon cher époux ?

          – Diantre oui, où avais je la tête.

_ Au delà des étoiles mon époux ?

          – Je ne connais qu’une étoile. Elle brille de milles feux – face à moi – à cet instant précis.

_  HIP’S

          – Blurp.

 

New-York, w 84 St, Manhattan. 23oo Pm.

Instant de vie. dans piafou manhattan-bridge

J’envoie un texto à la vie.

 

Je suis moins bête que t’en as l’air.

Ronde farandole endiablée.

Je suis moins bête que t’en as l’air.

Mais ton temps m’est conté.

Tu me tiens en joue au bout de tes aiguilles.

Mais je suis moins bête que t’en as l’air.

 

J'envoie un texto à la vie. dans pilou realiste 62334_texto_img

Décîme moi un mouton.

 

Ne laissez pas s’étouffer la flamme

N’éteignez jamais le feu qui s’offre à vous

Préservez vos allumeurs de réverbères

Ou les étoiles iront briller ailleurs.

 

Ne perdez pas de temps avec la médiocrité

Fuyez autant que possible la banalité

 Ne lassez pas ceux qui vous élèvent

pour des êtres qui vous écrasent.

 

Par leur indifférence …

 

 

Décîme moi un mouton. dans piafou 601_citations%20machistes%20image%202

même pas de titre.

Et voilà le syndrome de la page blanche qui revient. C’est quand même terrible ça, j’ai l’impression d’être une poule qui a trouvé une boite d’allumette. Devant mon écran, l’air hagard d’un rugbyman venant de se faire plaquer au sol par Chabal. Je vis pourtant pas mal de chose en ce moment, mais je n’arrive pas à l’étaler sur cette foutu page. Je pourrais vous expliquer le sublime concert de Ukulele auquel j’ai assisté récemment au Nice Jazz Festival. Un génie, il se nomme Jake shimabukuro et à enchanté tout le monde avec son talent. Mais le mieux est encore de vous faire partager son talent. Matez ceci les ami(e)s, c’était son premier concert en Europe, mais je pense qu’on le reverra bientôt.

http://www.dailymotion.com/video/x25ef

L’ire et elle.

 

chezpilou.gif

 

Personne ne me fera taire, rien n’arrêtera ma colère.

Pas un col blanc ne pourra me la faire boucler.

Car ma colère est juste et mon cri sincère.

 

Mais ils voudraient me faire taire, apaiser ma colère.

Grappe de blouses blanches, camisole et bâillonné.

Mon ire ne serait juste que folie ?

 

Et se lit roulant vers la solitude d’un monde immaculé, pourquoi grince t’il si violemment.

J’ai le blues blanche les gars, un groove de fonctionnaire.

 

Mais quel est donc se liquide marécageux qu’on m’infiltre dans le bras, cette soupe de vase.

Toujours vouloir annhiler une pensée qui vous dérange.

 

Mes poignets, demain, seront brisés.

Toute ces poignées de mains fuyantes trahissant nos vies, à grand renfort de sourires forcés.

Voilà pourquoi je fuis.

 

quatre coins pour un triangle ne vous semble pas possible.

Injectez moi ce que vous voudrez, trépanez moi si ça vous chante.

Ma folie commence là ou s’arrête votre plaisir.

 

Je ne vous haïs pas, je vous plains.

Qui du haut de vos perchoirs, antidote du vertige de l’oppression, gloussez dans les basses cours du roi.

 

Qu’on en finisse une bonne fois.

Que je puisse de nouveau – à l’abri d’un olivier – bercer mes songes d’une douce journée d’été.

 

L'ire et elle.  dans pilou en equilibre libertepresse

Je pense mes plaies.

Dis moi le beauf qui fait son tunning tous les dimanches, comment tu fais pour être heureux ?

Dis moi la pétasse du samedi soir qui rit comme une dinde à la sortie des pubs, comment tu fais pour être heureuse ?

Dis moi le con qui joue les petits chefs au boulot, comment tu fais pour être heureux ?

Dis moi la connasse qui se tape tout ce qui bouge mais traite les autres de salope, comment tu fais pour être heureuse ?

Dis moi le crétin qui persécute ses ex des mois après, comment tu fais pour être heureux ?

Dis moi l’idiote qui achète des marques et se dit écologiste parce qu’elle se mange des concombres bio, comment tu fais pour être heureuse ?

Dis moi mon chat qui ne fait que dormir, comment tu fais pour être heureux ?

Dis moi la racaille qui insulte tout le monde en se plaçant en victime face à la société, comment tu fais pour être heureux ?

Dis moi petite qui veut paraitre ce que tu n’est pas et vis dans le mensonge, comment tu fais pour être heureuse ?

Dis moi le croyant qui accepte que tes dirigeants sèment le bordel entre les Hommes, comment tu fais pour être heureux ?

Dis moi l’égoïste qui se fout de tout ce qui se trouve à plus d’un mètre de son nombril, comment tu fais pour être heureuse ?

 

Je pense mes plaies. dans pilou raleur 1357070560

Allo la terre ?

Le peuple Français est heureux en ce moment, il a sa dose de sensations fortes. Un crash d’avion avec plein de Français dedans, youpi. La mort de Michael Jackson, youpi. Ah enfin, le Français peut s’émouvoir. Sur Facebook, on y voit des gens effondrés, d’autres gavés et certains très cynique à l’instar de ce très talentueux F.P, qui lui, se demande si MJ ne c’est pas proclamé roi de la pop en référence au son que cela faisait quand il sortait des enfants. C’est très dur, mais j’avoue avoir beaucoup ri de cette humour noir … ou blanc.

Je disais donc que le peuple était heureux, il adore les catastrophes et les malheurs. Enfin, pas toutes, car lorsque je leur rappel que dix huit milles enfants meurent chaque jours dans le monde de la faim, je me vois confronté à toute sorte de réactions. Certains m’approuvent, d’autres me répondent avec humour. Comme Christopher qui me dit : ouais mais eux ne dançaient pas le moon walk. Certes …

Et puis, la polémique aidant, d’autres personnes viennent se greffer a la conversation. Cela m’a permis ces derniers jours, de sympathiser avec quelques personnes partageant ma pensée et ma vision de ce monde. Des personnes, qui comme moi, s’indignent devant le fanatisme démesuré que l’on porte à un (homme?) à la vie si controversé. J’y ai lu cette réflexion qui m’à fait sourire : Il parait que Dutroux ce serait mis au chant et à la danse pour sa reconversion.

Bien sûr, tout cela n’enlève pas le fait que des millions de gens ont été bercés par « beat it » ou « thriller », mais de là à l’encenser comme un demi dieu, il y a une limite à la décence. Comme le souligne si bien Rodolphe sur sa page : MJ, n’est finalement qu’un produit, une sorte de Jordy à l’américaine.

J’ajouterais à cela, que ce pauvre type (qui était pourtant très riche), à eu une enfance bafoué. Il fût humilié continuellement par son père (physiquement et psychiquement), il fût étalé comme une bête de foire, transformé en phénomène mondiale à l’âge ou on doit jouer au petite voiture. Forcément, ça laisse des traces. Et forcément, avoir de l’argent plus qu’il n’en faut n’a pas arrangé les choses.

Pour conclure, j’essaie d’analyser ce que sa mort m’a apporté comme sentiment. Et j’en ai déduit que j’étais triste pour lui, comme je l’ai été pour toute ces stars à la vie démesurée et qui finalement, meurent bien seules …

 

Allo la terre ? dans pilou realiste mj3

 Michael Jackson fan de l’OGC Nice.

(ce n’est pas un montage photo)

La vie sauvage.

Il se sentait souillé. On lui avait violé son âme, volé son amour. La sensation d’être comme un fruit privé de sa pulpe, pressé. Ses proches avaient beau lui dire qu’il était un être exceptionnel, il ne pensait qu’à cette trahison vécue. La pureté de son âme lui apparaissait comme son mur tagué d’un nom qui n’aurait jamais du apparaitre sur son édifice. Il faisait chaud, le soleil brillait et pourtant la banquise s’était installée au plus profond de son être. Les cris des oiseaux de mer lui déchiraient les tympans. Comme une tache d’encre au milieu d’une page blanche. Il était seul – de nouveau – naufragé sur cette ile déserte, une ile sans trésor.

Son navire, appareillé sur un joli port de pêche avait traversé, naguère, sans encombres de nombreuses tempêtes. Certes, certains flibustiers avaient déjà tentés de l’aborder. D’autres pirates sans scrupules avaient tentés de lui voler son navire, mais il avait toujours déjoué les plans de ces brigands trop prévisibles. Mais cette fois-ci, l’ennemi avait été plus fort que lui. Il avait baissé la garde trop vite, ne s’était pas méfié de ce navire en détresse. L’abordage ennemi se fît sans résistance, une victoire à la Pyrrhus. Jeté comme un vulgaire esclave au milieu de cette ile, Captain’ Sauvage se recroquevilla, et dans ses larmes coulèrent tout l’amour perdu de ce monde.

 

naufrage.jpg

N’y pense plus.

 

N'y pense plus. dans pilou en equilibre Autumnal_Equinox_by_owel

 

Oublie !! Oublie !! Mais tu vas oublier oui !!

Tu vas te faire souffrance longtemps comme ça ?

La pénitence ne sert à rien, demande à Jésus.

 

Souris !! Souris !! Mais tu vas sourire oui !!

Ne crois tu pas avoir assez souffert comme ça ?

L’amour ne suffit pas, demande au Dalaï Lama.

 

Vis !! Vis !! Mais tu vas vivre oui !!

Tu crois qu’elle se gêne, elle ?

L’autodestruction  ne mène à rien, demande lui.

 

Ris !! Ris !! Mais tu vas rire oui !!

Les larmes n’atteignent jamais la source.

Pleurer ne fais rien revenir, le temps parfois…

 

gare-de-lyon dans pilou realiste

123

MAUX |
Une voix dans ma tête |
News tunisienne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | le routar de sl
| AfricaDelice
| LAURALINE