Archives pour la catégorie pilou regarde le monde

Un nouveau départ …

 

Un nouveau départ ... dans pilou regarde le monde 2010_by_smLLan

Réflexions.

Et si on mettait un doigt dans l’oeil de Moscou. Et si demain on décidait de sortir de cette bergerie. Que l’on cesse enfin de bêler comme des sacs à laine. Pour un oui, pour un nom, pour une main sur du gazon. Ne serait-il pas temps au libre arbitre de siffler la fin de ces actions. Carton rouge pour Paul et Mike, rendez nous Cartney et Jagger. Je suis de mauvaise rumeur, cessez vos dires, beuglante Elvire. Le peuple n’a plus de roi, tranchant des têtes sans couronnes. Les sommets de la vulgarité sont atteint, descendons en rappel. Il est temps je pense. Le stade d’offense va déborder, j’ai jamais eu autant envie de crier. La génération coach ne m’amuse plus.

Le branleur est dans le pré. Coincé entre la niaiserie des années quatre-vingt et la connerie des années deux mille, je suis né un jour de printemps des années soixante. Si chères à nos aïeuls révolutionnaires, qui dans toute leur sincérité, pensaient pouvoir faire un monde meilleur. Raté. Mais rassurez vous, vous avez raté comme tous ceux qui ont essayés. Cela nous confirme une chose, que la révolution ne se fera jamais en imposant une idéologie à une autre. Elle ne se fera, à la seule condition qu’elle soit une prise de conscience collective et mondiale. C’est complètement utopiste et à mon sens, impossible. J’ai beau me creuser la tête à coup de pioche, pas une seule pépite n’en sort. Comment imaginer que cette époque individualiste – dénuées de poujadisme – pourrait voir naître un mouvement philosophique mondiale capable d’apporter la paix et la prospérité à chaque être humain. Vous rendez vous compte qu’on a jamais réussi à vivre tous ensemble dans la fraternité. C’est tout simplement hallucinant quand on considère réellement ce que cela représente pour l’être humain. Cette race supérieur dans l’éco système n’est même pas capable de se protéger entre eux. Pire que des animaux.

L’être humain, cette drôle de variété terrestre. Capable du meilleur dans le pire. elle a découvert le feu pour se nourrir et se réchauffer, mais déjà à l’époque, elle ne l’a pas partagé. Alors pour le défendre, elle s’est armé. Pourtant le feu, ça se partage aisément. Quel est cet instinct inné qui nous pousse à nous diviser. Comment faire pour lobotomiser ce reflex naturel qui engendre cupidité, jalousie et haine de l’autre. Voilà le combat que l’Homme devrait mené. Mais il est débordé – pensez vous – la coupe du monde va commencer.

Mr Pilou.

 

Réflexions. dans pilou philo

Petite mise au poing (ou fist fucking aux idées reçus)

A toi, qui à cette pensée répugnante qui consiste à croire qu’un homme qui fait preuve de solidarité est un faible ou un gauchiste à la solde des communistes de pays de l’Est, je te fist bien profond.

A toi, qui vient me reprocher d’être violent dans mes propos, lorsque tu t’imposes sur ma page Facebook pour cracher sur mes idées sans avoir été préalablement invité, je te fist bien profond.

A toi, qui trouve que l’époque est trop grave pour rêver ou être léger, et qui fait preuve de dédain sur les personnes qui ne sont pas « responsables » comme toi tu peux l’être, je te fist bien profond.

A toi, qui du haut de tes vingt ans, pense m’apprendre la vie alors que tu n’en as eu qu’un échantillon tout rose et bleu d’un home sweet home familial, si tu savais comme je te fist bien profond.

A toi, la connasse prête a tout pour son intérêt personnel et qui n’hésite pas à faire le mal par cupidité et égoïsme primaire, est ce que tu ressent encore mon fist bien profond ?

A toi, le connard qui me juge sans cesse, par jalousie ou stupidité de ne pas avoir les couilles de vivre ta vie comme tu l’espérais lorsque tu étais enfant, je te fist bien profond.

A toi, l’homme ou la femme politique qui veut me faire croire qu’il a des convictions alors que tu n’as que de l’ambition personnel et qui voudrait me moraliser, je te double fist bien profond.

A toi, qui systématiquement, prend un (pas) malin plaisir à détourner le débat lorsque je parle d’un sujet précis, juste par esprit de contradiction et d’égo démesuré, je te fist bien profond.

A toi, qui trouve que je ne suis pas tolérant avec la connerie ambiante et ceux qui la véhicule mais qui continue à me parler parce que « finalement t’as pas si tord que ça », tu ne serais pas accroc de mon fist bien profond ?

 

http://www.dailymotion.com/video/xafy9e

Un jour d’ennui, nuît de jour comme de nuit.

Les jours n’ont pas la même signification pour tout le monde. Certains aujourd’hui par exemple, vont vivre une journée magique, d’autres une journée banale. Le destin, ce fabuleux destin qui nous guide toute la vie à travers ce chemin de vie, si différend les uns des autres. Prenons le 11 septembre par exemple, environs trois milles personnes ont vécus un destin croisé qui les ont amenés au bout de ce petit chemin, qui, en l’occurence, ne sentait pas vraiment la noisette. Le 11 septembre, des petits enfants d’Afrique, d’Amérique du sud ou d’Asie, mourraient de faim, de contagions ou tout simplement de la violence humaine. Dans l’indifférence totale. Aucuns médias ne relate cela, et tous les jours, cette planète engendre cette cruauté. Finalement, qui de nous supporte de vivre et de créditer un système qui génère ce genre d’injustice au destin, si ce n’est ceux qui l’on crée. L’argent a pourri le monde, il a réveillé les pires instincts de l’Homme : la cupidité, l’envie, la jalousie, la possessivité. Ce système date du moyen âge, en France, on a donné la gestion de l’argent aux juifs. Ils n’avaient pas le droit de faire de profit, voilà pourquoi ils furent choisis. Cherchez l’erreur en 2009.

Alors oui, je suis utopique. Et j’aime laisser divaguer mon esprit dans des songes surréalistes (et pourtant). Il y a assez de richesses naturelles sur cette planète pour nourrir tout le monde. Il y a assez de place pour loger et offrir un bout de terrain à tous les humains de cette planète (je crois qu’il n’y en a pas ailleurs … quoi que). Il y a une source fondamentale a la préservation de notre race (car ça devrait être la seule priorité des hommes), seule la science peut rendre la vie des humains plus douce (lutte contre le cancer, le sida et tant d’autres maladies mortelles ou non). Enfin quand je dis seule la science, ce n’est pas tout à fait juste, le travail sur soi même est très bénéfique dans la quête d’une vie plus douce. Et au lieu de ça, on a mis en place un système, basé sur le profit. Tout doit rapporter, les hommes eux même sont mis en concurrence. Les Homme font toujours la guerre entre eux, aucun animal dans notre éco système ne pratique cette idiotie de se battre entre protagoniste de la même race. C’est tout bonnement stupide qu’on ait pas pensé, ou eu le temps de penser à élevé notre conscience. Cela nous place dans cet éco système, au plus bas de l’échelle d’intelligence. On se tue entre nous !! C’est fou (rassurez vous je ne le découvre pas maintenant, mais parfois la réalité me frappe au visage à la manière de Cantat). Les Hommes se laissent mourir entre eux, le provoque même directement parfois. Par cupidité le plus souvent. On donne des budgets ridicules a la médecine alors que les budgets des armées dans le monde sont faramineux. Mes songes sont ils plus surréalistes que cette vérité si space ?

Alors bien sûr, mes propos sont simpliste et peut être sous l’emprise de la drogue (j’ai dit peut être). Et je vois déjà quelques amis bien informés sur cet état de fait, se ruer sur leurs claviers pour fournir de multiples explications et liens internet très intéressant et je les remercies d’avance. Mais j’ai choisi la simplicité dans mes propos, car mes colères sont simples. Et finalement, ne serait ce pas cela que nous recherchons tous, la simplicité dans cette vie. Marre d’avoir un système qui nous oppresse, les riches comme les pauvres finalement. Comment faire pour se sortir de ce bourbier ?

 

 

Un jour d'ennui, nuît de jour comme de nuit. dans pilou regarde le monde utopie

Vous trouvez pas que la vie est belle ?

Vous trouvez pas que la vie est belle ? dans pilou pensine 8953

 

Vous trouvez pas que ce monde prend une drôle de direction ?

 

Vous trouvez pas qu’il a fait beaucoup trop chaud cette été ?

 

Vous trouvez pas que les gens sont de plus en plus seuls ?

 

Vous trouvez pas que ce système, soit disant crée pour rendre tous les humains heureux est incontrôlable ?

 

Vous trouvez pas que la musique est le seul langage fédérateur pour les Hommes ?

 

Vous trouvez pas que c’est con de perdre un ami parce qu’on ne maîtrise pas ses nerfs ?

 

Vous trouvez pas que c’est abusé qu’une bouteille de côte de Provence correct coute huit euro ?

 

Vous trouvez pas qu’on se fait bien entuber mais que par rapport à nos parents, nous on le sait ?

 

frise-bleuRx500 dans pilou philo

 

Vous trouvez pas que les cent mille sans abris (recensés) en France cet été, auraient kiffés de passer des vacances à la mer ?

 

Vous trouvez pas que vous avez grossi ?

 

Vous trouvez pas que la rentrée c’est vraiment de la merde ?

 

Vous trouvez pas qu’histoires naturelles a fait beaucoup de mal a Carmina Burana ?

 

Vous trouvez pas que ce monde est de plus en plus vide ?

 

Vous trouvez pas qu’il y a de nombreuses belles âmes esseulées qui pourraient s’unir pour faire un nouveau courant philosophique?

 

Vous trouvez pas que la vie est quand même belle ?

 

heureux2 dans pilou regarde le monde

L’ire et elle.

 

chezpilou.gif

 

Personne ne me fera taire, rien n’arrêtera ma colère.

Pas un col blanc ne pourra me la faire boucler.

Car ma colère est juste et mon cri sincère.

 

Mais ils voudraient me faire taire, apaiser ma colère.

Grappe de blouses blanches, camisole et bâillonné.

Mon ire ne serait juste que folie ?

 

Et se lit roulant vers la solitude d’un monde immaculé, pourquoi grince t’il si violemment.

J’ai le blues blanche les gars, un groove de fonctionnaire.

 

Mais quel est donc se liquide marécageux qu’on m’infiltre dans le bras, cette soupe de vase.

Toujours vouloir annhiler une pensée qui vous dérange.

 

Mes poignets, demain, seront brisés.

Toute ces poignées de mains fuyantes trahissant nos vies, à grand renfort de sourires forcés.

Voilà pourquoi je fuis.

 

quatre coins pour un triangle ne vous semble pas possible.

Injectez moi ce que vous voudrez, trépanez moi si ça vous chante.

Ma folie commence là ou s’arrête votre plaisir.

 

Je ne vous haïs pas, je vous plains.

Qui du haut de vos perchoirs, antidote du vertige de l’oppression, gloussez dans les basses cours du roi.

 

Qu’on en finisse une bonne fois.

Que je puisse de nouveau – à l’abri d’un olivier – bercer mes songes d’une douce journée d’été.

 

L'ire et elle.  dans pilou en equilibre libertepresse

Je pense mes plaies.

Dis moi le beauf qui fait son tunning tous les dimanches, comment tu fais pour être heureux ?

Dis moi la pétasse du samedi soir qui rit comme une dinde à la sortie des pubs, comment tu fais pour être heureuse ?

Dis moi le con qui joue les petits chefs au boulot, comment tu fais pour être heureux ?

Dis moi la connasse qui se tape tout ce qui bouge mais traite les autres de salope, comment tu fais pour être heureuse ?

Dis moi le crétin qui persécute ses ex des mois après, comment tu fais pour être heureux ?

Dis moi l’idiote qui achète des marques et se dit écologiste parce qu’elle se mange des concombres bio, comment tu fais pour être heureuse ?

Dis moi mon chat qui ne fait que dormir, comment tu fais pour être heureux ?

Dis moi la racaille qui insulte tout le monde en se plaçant en victime face à la société, comment tu fais pour être heureux ?

Dis moi petite qui veut paraitre ce que tu n’est pas et vis dans le mensonge, comment tu fais pour être heureuse ?

Dis moi le croyant qui accepte que tes dirigeants sèment le bordel entre les Hommes, comment tu fais pour être heureux ?

Dis moi l’égoïste qui se fout de tout ce qui se trouve à plus d’un mètre de son nombril, comment tu fais pour être heureuse ?

 

Je pense mes plaies. dans pilou raleur 1357070560

Allo la terre ?

Le peuple Français est heureux en ce moment, il a sa dose de sensations fortes. Un crash d’avion avec plein de Français dedans, youpi. La mort de Michael Jackson, youpi. Ah enfin, le Français peut s’émouvoir. Sur Facebook, on y voit des gens effondrés, d’autres gavés et certains très cynique à l’instar de ce très talentueux F.P, qui lui, se demande si MJ ne c’est pas proclamé roi de la pop en référence au son que cela faisait quand il sortait des enfants. C’est très dur, mais j’avoue avoir beaucoup ri de cette humour noir … ou blanc.

Je disais donc que le peuple était heureux, il adore les catastrophes et les malheurs. Enfin, pas toutes, car lorsque je leur rappel que dix huit milles enfants meurent chaque jours dans le monde de la faim, je me vois confronté à toute sorte de réactions. Certains m’approuvent, d’autres me répondent avec humour. Comme Christopher qui me dit : ouais mais eux ne dançaient pas le moon walk. Certes …

Et puis, la polémique aidant, d’autres personnes viennent se greffer a la conversation. Cela m’a permis ces derniers jours, de sympathiser avec quelques personnes partageant ma pensée et ma vision de ce monde. Des personnes, qui comme moi, s’indignent devant le fanatisme démesuré que l’on porte à un (homme?) à la vie si controversé. J’y ai lu cette réflexion qui m’à fait sourire : Il parait que Dutroux ce serait mis au chant et à la danse pour sa reconversion.

Bien sûr, tout cela n’enlève pas le fait que des millions de gens ont été bercés par « beat it » ou « thriller », mais de là à l’encenser comme un demi dieu, il y a une limite à la décence. Comme le souligne si bien Rodolphe sur sa page : MJ, n’est finalement qu’un produit, une sorte de Jordy à l’américaine.

J’ajouterais à cela, que ce pauvre type (qui était pourtant très riche), à eu une enfance bafoué. Il fût humilié continuellement par son père (physiquement et psychiquement), il fût étalé comme une bête de foire, transformé en phénomène mondiale à l’âge ou on doit jouer au petite voiture. Forcément, ça laisse des traces. Et forcément, avoir de l’argent plus qu’il n’en faut n’a pas arrangé les choses.

Pour conclure, j’essaie d’analyser ce que sa mort m’a apporté comme sentiment. Et j’en ai déduit que j’étais triste pour lui, comme je l’ai été pour toute ces stars à la vie démesurée et qui finalement, meurent bien seules …

 

Allo la terre ? dans pilou realiste mj3

 Michael Jackson fan de l’OGC Nice.

(ce n’est pas un montage photo)

La vie sauvage.

Il se sentait souillé. On lui avait violé son âme, volé son amour. La sensation d’être comme un fruit privé de sa pulpe, pressé. Ses proches avaient beau lui dire qu’il était un être exceptionnel, il ne pensait qu’à cette trahison vécue. La pureté de son âme lui apparaissait comme son mur tagué d’un nom qui n’aurait jamais du apparaitre sur son édifice. Il faisait chaud, le soleil brillait et pourtant la banquise s’était installée au plus profond de son être. Les cris des oiseaux de mer lui déchiraient les tympans. Comme une tache d’encre au milieu d’une page blanche. Il était seul – de nouveau – naufragé sur cette ile déserte, une ile sans trésor.

Son navire, appareillé sur un joli port de pêche avait traversé, naguère, sans encombres de nombreuses tempêtes. Certes, certains flibustiers avaient déjà tentés de l’aborder. D’autres pirates sans scrupules avaient tentés de lui voler son navire, mais il avait toujours déjoué les plans de ces brigands trop prévisibles. Mais cette fois-ci, l’ennemi avait été plus fort que lui. Il avait baissé la garde trop vite, ne s’était pas méfié de ce navire en détresse. L’abordage ennemi se fît sans résistance, une victoire à la Pyrrhus. Jeté comme un vulgaire esclave au milieu de cette ile, Captain’ Sauvage se recroquevilla, et dans ses larmes coulèrent tout l’amour perdu de ce monde.

 

naufrage.jpg

L’insoutenable légèreté d’être.

Ou sont les rêves ? Ou sont les grandes utopies ?

quel espoir pour ce monde perdu, voilà ma question du moment.

J’observe depuis quelques temps, d’où mon silence ici.

Je vois des gens perdu sans vraiment d’ambitions concrètes pour leurs vies.

Je vois des gens égoïstes, qui n’envisagent pas un avenir commun.

Je vois des gens qui se regardent le nombril et sont perfides.

Je vois des gens qui pleurent des larmes de crocodiles.

Ou sont les rêves ? Ou sont les grandes utopies ?

Ou suis-je dans ce monde kleenex ?

Dans mon monde …

 

ruedousuisjedibrazza1.jpg

1234

MAUX |
Une voix dans ma tête |
News tunisienne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | le routar de sl
| AfricaDelice
| LAURALINE